Accéder au contenu principal
Burkina Faso

Burkina Faso: le financement des élections en discussion

Femmes burkinabè faisant la queue devant un bureau de vote à Ouagadougou, le 21 novembre 2010.
Femmes burkinabè faisant la queue devant un bureau de vote à Ouagadougou, le 21 novembre 2010. AFP/AHMED OUOBA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Burkina Faso, le groupe international de suivi et d'accompagnement de la transition a tenu sa deuxième réunion d'évaluation du processus. Le financement des élections et le respect de la feuille de route de la transition étaient au coeur des échanges. Concernant le financement des élections, il reste encore 20 milliards de francs CFA à mobiliser et les participants ont insisté sur la contribution financière des Etats membres de l'Union africaine au nom de la solidarité africaine.

Publicité

Selon Michel Kafando, le président de la transition, concernant le processus électoral des avancées significatives sont déjà visibles, notamment la révision exceptionnelle du fichier électoral et le début de financement des élections : « Comme initialement annoncé, le gouvernement du Burkina Faso a mobilisé 25 milliards de francs CFA au titre de sa contribution pour le financement des élections, dont 7 milliards alloués à l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales. Nous attendons donc avec beaucoup d’intérêt, et aussi avec beaucoup d’empressement, les engagements pris par les membres du groupe international de soutien et d’accompagne ».

Le commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine, Smaïl Chergui, a lancé un appel à la communauté internationale pour le financement du processus : « S’agissant de l’appui financier et technique au processus électoral, nous nous félicitions des contributions déjà annoncées et exhortons les membres du groupe qui ne l’on pas encore fait à apporter leur soutien au processus électoral ».

Les participants à cette réunion du groupe international de suivi et d'accompagnement de la transition au Burkina Faso ont souligné la nécessité du respect « scrupuleux des dispositions de la Constitution, de la charte de la transition et du code électoral, y compris celles relatives aux règles d'éligibilité ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.