Accéder au contenu principal
Madagascar

Madagascar: le président s’explique sur l’interdiction d’une manifestation

Le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, en janvier 2014.
Le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, en janvier 2014. AFP PHOTO/RIJASOLO
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, est revenu, mercredi, sur la manifestation avortée à Antananarivo, la semaine dernière. L’opposant politique Alain Ramaroson avait appelé à manifester pour alerter les autorités sur les difficultés des Malgaches : pauvreté, insécurité, corruption. La manifestation, présentée comme marche citoyenne, a été interdite.

Publicité

Interdire la manifestation était-il une manière de museler la population ? Pour le président Hery Rajaonarimampianina, le peuple peut déjà s’exprimer à travers les médias et les élections, et cela suffit : « Tout le monde a le droit de s’exprimer. Cependant le peuple s’est déjà exprimé à travers les élections. Il ne faut pas laisser le peuple décider de quelque chose un jour et puis remettre en cause ce choix le lendemain. Maintenant, ce n’est plus le moment de détruire, ce n’est plus le moment de créer des troubles ».

Mais pour Ralison Andriamandranto, coordinateur de l'Observatoire de la vie publique malgache (Sefafi), interdire de manifester au nom de la paix sociale et de la stabilité n’est pas justifié : « Si on avait vraiment laissé monsieur Alain Ramaroson conduire sa marche, ça aurait été intéressant de voir qui l’aurait suivi et combien l’auraient suivi. Parce qu’en fait, il n’est pas sûr qu’il puisse y avoir un mouvement populaire de grande envergure à Madagascar ».

L’Etat, selon lui, s’est montré maladroit : « Au lieu d’arrêter monsieur Alain Ramaroson, les forces de l’ordre auraient pu cadrer la manifestation pour éviter tout débordement et pour éviter les diverses récupérations ». A quelques mois des élections municipales, il suspecte en effet Alain Ramaroson d’avoir voulu se positionner sur l’échiquier politique de la capitale en organisant cette marche d’opposition.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.