Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire: un proche d’Essy Amara libéré 3 jours après son rapt

C’est dans le quartier de Yopougon, à Abidjan, qu’un proche d’Essy Amara avait été enlevé devant son domicile, le 18 avril 2015.
C’est dans le quartier de Yopougon, à Abidjan, qu’un proche d’Essy Amara avait été enlevé devant son domicile, le 18 avril 2015. AFP PHOTO / SIA KAMBOU
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Abidjan, le membre de l'équipe de campagne d’Essy Amara, un candidat frondeur du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), qui avait été kidnappé samedi soir a finalement été retrouvé libre, mercredi matin. Souleymane Bamba a été relâché par ses ravisseurs qui l'avaient embarqué sous la menace d'armes devant son domicile. Des ravisseurs qui, affirme la victime, auraient tenté de l'intimider pour ses opinions politiques.

Publicité

Souleymane Bamba, que RFI a pu joindre au téléphone mercredi après-midi, se dit éprouvé par ces trois jours de détention. Kidnappé par des hommes qu'il n'a pu identifier, samedi soir, il affirme avoir séjourné ligoté dans une pièce et avoir subi à de nombreuses reprises des coups au bas-ventre et sur les côtes. Selon lui, ses tortionnaires lui reprochaient d'avoir épousé la cause politique d'Essy Amara, contre la volonté du chef du PDCI, Henry Konan Bedié, dans la perspective de la présidentielle d'octobre prochain.

Une enquête ouverte

Il a subit trois jours de ce régime de coups de barre de fer et de menaces avant d'être libéré dans la nuit de lundi dans un quartier de Yopougon. Libéré, mais délesté de son portefeuille et de deux clefs USB comportant des documents propres à la campagne d'Essy Amara.

Souleymane Bamba affirme que ses geôliers voulaient l'intimider et le décourager dans son engagement politique. Mais de nombreuses questions sont encore sans réponse : pourquoi s'en prendre à un simple exécutant de l'équipe Amara ? Pourquoi l'avoir libéré sans raison apparente ? A-t-il fait les frais du zèle de quelques éléments incontrôlés d'un adversaire politique ? Ce mystère sera peut-être élucidé, puisqu’une enquête policière est en cours au commissariat du 16e arrondissement de Yopougon.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail