Accéder au contenu principal
Congo-Brazzaville

Congo: colère des lycéens après l'annulation du bac à cause de fuites

Des lycéens congolais à Brazzaville.
Des lycéens congolais à Brazzaville. AFP PHOTO / GUY-GERVAIS KITINA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Voitures et maisons caillassées, portes et fenêtres de certains établissements scolaires défoncées, quelques boutiques éventrées. Les élèves candidats au baccalauréat ont manifesté leur colère dans plusieurs villes du Congo-Brazzaville vendredi, après l'annonce du gouvernement d'annuler leur examen pour « fraudes massives » et « irrégularités graves ». Le gouvernement a tout de même promis de réorganiser l'examen dans les plus brefs délais.

Publicité

Après les manifestations d’hier, vendredi, la cour du ministère de l’Enseignement était jonchée de pierres. Dans le parking, un 4x4 a perdu toutes ses vitres. A Bacongo, un supermarché a été en partie mis à sac. Des scènes de vandalisme ont été observées dans une bonne partie de la ville, tout comme dans quelques quartiers de la capitale Brazzaville.

Pour les jeunes élèves, l’annulation du bac signifie tout simplement neuf mois d’efforts gâchés. « Neuf mois, ce ne sont pas pas neuf jours. Il y a des élèves qui ont travaillé convenablement et ils payent des pots cassés pour rien, donc c’est vraiment déplorable », s'indigne l'un d'entre eux. Quelques rares candidats ont compris la décision gouvernementale. « Il y a eu trop de fuites, voilà pourquoi ils ont décidé d’annuler », justifie un élève.

Le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire Hellot Matson Mampouya a tout de même affirmé que l’année n’était pas perdue. « Cela ne signifie en rien que c’est une année blanche, cela veut tout simplement dire que nous allons publier très rapidement un nouveau calendrier pour la session de remplacement », indique-t-il. Officiellement, plus de 66 000 élèves étaient candidats au bac.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.