Accéder au contenu principal
Rwanda / Royaume-Uni

Rwanda: colère après l’arrestation du chef des renseignements

Le colonel rwandais Karenzi Karake, ici en 2001 à Pweto dans le sud-est de la RDC.
Le colonel rwandais Karenzi Karake, ici en 2001 à Pweto dans le sud-est de la RDC. AFP PHOTO/MONUC
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’arrestation du chef des renseignements rwandais a provoqué l’ire de Kigali. Emmanuel Karenzi Karake a été arrêté samedi 20 juin à Londres en vertu d’un mandat d’arrêt d’un juge espagnol. « Inacceptable » pour la ministre rwandaise des Affaires étrangères.

Publicité

« La solidarité occidentale pour humilier les Africains est inacceptable », a déclaré ce mardi sur son compte Twitter Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères. « C'est un scandale d'arrêter un responsable rwandais sur la base de la folie de pro-génocidaires », a-t-elle poursuivi. Interrogé par RFI, un officiel rwandais de ce même ministère a quant à lui qualifié l’acte d’accusation du juge espagnol d’« horreur », compilant « toutes les pires théories conspirationnistes ».

Réaction aussi du côté de la présidence. Sur son compte Twitter, Yolande Makolo, une de ses conseillères en communication, a accusé l’enquête du juge espagnol d’être politiquement motivée. Quant au ministre de la Justice, Johnston Busingye, cité dans le journal pro-gouvernemental le New Times, a déclaré que le Rwanda avait demandé des explications aux autorités britanniques. Il a remis en cause la base légale du mandat d’arrêt, assurant que Kigali était prêt à le contester devant les tribunaux et a annulé mardi une visite en Espagne, où il devait être reçu par son homologue espagnol.

Cette arrestation réveille, en effet, un sujet extrêmement sensible au Rwanda, à savoir les crimes dont est accusé le FPR, le parti au pouvoir au lendemain du génocide. Pour Kigali, ces accusations s’inscrivent dans la thèse révisionniste d’un « double génocide » qui accréditerait l’idée d’un génocide commis par le FRP contre les Hutu, ceci afin de minimiser le génocide des Tutsi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.