Accéder au contenu principal
Madagascar

Municipales malgaches: les tendances des partis en lice

Le président malgache Hery Rajaonarimampianina en janvier 2014.
Le président malgache Hery Rajaonarimampianina en janvier 2014. AFP PHOTO / RIJASOLO
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Madagascar, toujours pas de résultats officiels à l’échelle nationale pour les élections municipales de vendredi dernier, mais les partis politiques ont fait leurs propres calculs. De quoi dresser un premier bilan du rapport des forces politiques du pays dans ces 1 700 communes : HVM dans les campagnes, TIM dans les villes moyennes et MAPAR dans les grandes agglomérations.

Publicité

A peine plus d’un an après sa création, le parti du président Hery Rajaonarimampianina, le HVM, revendique plus de la moitié des municipalités de Madagascar. Presque 900 mairies. Jaobarison Randrianarivony, vice-président du parti, s’en félicite : « C'est un nouveau parti. A une année d'existence, on a pu, déjà, couvrir la moitié de Madagascar, c'est un bon score ! »

Un score bien supérieur à celui du TIM de Marc Ravalomanana. Ce dernier a gagné la capitale du pays, Antananarivo, mais ne remporterait qu'entre 250 et 300 mairies seulement. Olivier Donat, secrétaire général du TIM, n'en est pas moins satisfait :

« Le comportement électoral des Malgaches a été constant depuis notre indépendance. Les électeurs dans les zones rurales, ils sont plutôt pro-régime. Nous, on a gagné pas mal de chefs-lieux de districts. Donc, on est satisfaits avec notre score.»

Il critique cependant l’organisation des élections, une ligne partagée par Augustin Andriamananoro, le vice-président du Mapar d’Andry Rajoelina. Un peu déçu, ce dernier espère obtenir 250 mairies mais annonce déjà plusieurs victoires dans des grandes villes du pays. « Nous avons remporté la ville de Tamatave ; nous avons remporté également la ville de Diego-Suarez, la ville de Mahajanga, », énumère-t-il.

Reste des villes en ballotage. A Fianarantsoa pour le Mapar et Antsirabe pour le TIM, les deux partis d’opposition accusent le pouvoir de vouloir voler la victoire. Des plaintes devraient être déposées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.