Accéder au contenu principal
Niger / Guinée

Niger: Boko Haram au menu de la visite du président guinéen Alpha Condé

Le président guinéen Alpha Condé accueille son homologue nigérien Mahamadou Issoufou lors d'une précédente visite à Conakry en juin 2012.
Le président guinéen Alpha Condé accueille son homologue nigérien Mahamadou Issoufou lors d'une précédente visite à Conakry en juin 2012. AFP PHOTO / CELLOU BINALI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alpha Condé a achevé, ce mercredi, une visite de deux jours au Niger. Le président guinéen se dit prêt à soutenir le pays pour lutter contre le groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest, connu sous le nom de Boko Haram.

Publicité

La Guinée sera aux côtés de ceux qui luttent contre Boko Haram, a tenu à préciser le président guinéen Alpha Condé lors de son déplacement au Niger : « Je suis venu écouter mon frère. Nous sommes prêts à apporter toute notre contribution à la demande de nos frères, nous sommes prêts à apporter toute l’aide qu’ils nous demanderont, parce que ce qui a fait la faiblesse de l’Afrique c’est le manque de solidarité ».

Alpha Condé a rencontré son homologue nigérien Mahamadou Issoufou et Boko Haram a bien sûr été au centre de leur préoccupation : « Lorsqu’un pays a un problème, les autres ne s’intéressent pas. Or, tant que nous ne serons pas solidaires, nous ne pourrons pas régler. Nous, nous sommes prêts en tant que Guinéens, à apporter toute la contribution à la lutte contre Boko Haram. Cela dépendra de ce que nos frères nous demanderont. Comme c’est Issoufou dont je suis le plus proche d’abord, je suis venu le voir. C’est lui qui nous dira ce qu’ils attendent de nous. Et vous pouvez être certain que ce qu’ils attendent de nous, nous le ferons, nous ferons notre devoir ».

Et devant Mahamadou Issoufou, Alpha Condé a salué l'intervention des pays voisins du Nigeria, pour combattre la menace Boko Haram : « Vous savez, aujourd’hui c’est grâce à l’intervention du Niger et du Tchad et maintenant du Cameroun, que le Nigéria a pu réellement résoudre le problème de Boko Haram. C’est pourquoi nous nous félicitons beaucoup de la réaction du président Buhari qui est d’abord un patriote et qui a vraiment la volonté, non seulement de lutter contre Boko Haram, mais aussi de lutter contre la corruption ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.