Accéder au contenu principal
Madagascar

Madagascar : hausse des maladies liées à l’hypertension artérielle

Sur le marché de Ambohibary, à 150 kilomètres au sud d'Antananarivo.
Sur le marché de Ambohibary, à 150 kilomètres au sud d'Antananarivo. AFP/ALEXANDER JOE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Madagascar, lors d’une petite étude sur le paludisme, en 2013, dans la région de Moramanga, dans le centre-est du pays, des agents de l’institut Pasteur se sont rendus compte que les maladies cardio-vasculaires, comme les infarctus et les AVC, tuaient plus que le paludisme. Alors que les maladies cardiovasculaires sont considérées comme des maladies de pays développés, on les retrouve de plus en plus dans les pays en voie de développement. Quels sont les risques de maladies cardio-vasculaires dans la région de Moramanga ? Pour le savoir, une nouvelle étude s’intéresse à la cause principale de ces maladies : l’hypertension artérielle.

Publicité

L’équipe du docteur Rila Ratovoson, médecin épidémiologiste à l’Institut Pasteur, parcourt la ville de Moramanga et ses environs pour mesurer la tension artérielle de la population car l’hypertension, en effet, est la cause principale des maladies cardiovasculaires.

« Nous pensons toujours que ce sont surtout dans les pays développés que l’on rencontre les maladies cardiovasculaires - engendrées par l’hypertension artérielle – alors que maintenant, dans les pays en développement, on commence à constater, dans les formations sanitaires, beaucoup de cas d’AVC et de complications de l’hypertension artérielle », a déclaré, à RFI, le docteur Rila Ratovoson.

Selon elle, c’est parce que la population a un mode de vie plus à risque : en consommant du tabac, de l’alcool, de la nourriture grasse et par manque d’activité physique.

« On constate une augmentation des gargotes et des snacks. On a plus tendance à vendre des aliments bien gras. Il y a aussi le développement des moyens de locomotion. Les jeunes, par exemple, ont plus tendance à utiliser leur véhicule motorisé au lieu de faire des activités physiques », a ajouté le médecin épidémiologiste.

Les résultats de l’étude sont attendus en septembre mais elle estime déjà que les maladies liées à l’hypertension artérielle sont un enjeu de santé publique à Madagascar.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.