Accéder au contenu principal
Mali

Mali: beaucoup de questions en suspens après l'attaque de Sévaré

Les murs de l'hôtel «Byblos» de Sévaré criblés de balles après l'attaque armée, le 8 août 2015.
Les murs de l'hôtel «Byblos» de Sévaré criblés de balles après l'attaque armée, le 8 août 2015. AFP PHOTO / STRINGER
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Au moins douze personnes ont été tuées dans l'attaque d'un hôtel à Sévaré, au centre du Mali. Après 24 heures de tension, les forces spéciales maliennes ont finalement donné l’assaut samedi matin. Quatre contractants de l'ONU ont pu être libérés. Le bilan des victimes varie d'une source à l'autre. Selon, la Minusma, cinq de ses collaborateurs ont été tués. Les autorités maliennes, elles, dénombrent deux morts.

Publicité

L'attaque de l'hôtel Byblos de Sévaré est terminée, mais beaucoup de questions restent en suspens. La première incertitude porte sur le nombre de personnes qui se trouvaient dans l'hôtel Byblos de Sévaré au moment où il a été attaqué par les terroristes. Une certitude, c'est que cinq sous-traitants de la mission des Nations unies ont été tués. Quatre autres ont pu s'échapper, l'un a réussi à s'enfuir pendant l'attaque. Les autres ont été libérés à la fin de l'assaut, d'après le recensement de la Minusma.

« Quatre personnes ont pu tout le temps cacher leur présence, on était tout le temps en contact avec eux, précise Radhia Achouri, la porte-parole de la Minusma. Ils étaient à l’hôtel mais ils étaient parvenus à éviter d’être détectés par les terroristes qui, à un certain moment, ont commencé à chercher dans les chambres, etc. Quatre ont perdu la vie ainsi que le chauffeur malien qui fait partie du personnel de cette compagnie contractée par la Minusma. Il a été blessé et amené à l’hôpital, mais l’hôpital nous a notifié qu’il avait perdu la vie. » Mais de leur côté, les autorités maliennes évoquent la mort de deux civils seulement.

Autre inconnue, le nombre exact d'assaillants. Des sources militaires affirment que cinq « terroristes » ont été tués. Mais hier les forces maliennes continuaient de fouiller l'hôtel Byblos à la recherche d'autres éventuels assaillants. Par ailleurs, le gouvernement malien a annoncé que sept suspects avaient été arrêtés vendredi après-midi et transférés à Bamako. Mais pas de précision sur leur identité.

A l'intérieur de l'hôtel «Byblos», après les combats, le 8 août 2015.
A l'intérieur de l'hôtel «Byblos», après les combats, le 8 août 2015. AFP PHOTO / STRINGER

Le Mali continue l'enquête

Ce qui reste à déterminer, c'est aussi la cible des terroristes. On ignore si l'hôtel était bel et bien visé par les assaillants ou s'ils ont d'abord attaqué un site militaire malien, puis se sont repliés dans l'hôtel après avoir été repoussés par les forces armées maliennes. « Il ne s'agissait pas vraiment d’une prise d’otage. Il y a eu une confrontation, les terroristes tiraient. Je ne peux pas vous dire s’ils ont été assassinés parce qu’ils étaient des étrangers ou non. Ou s’ils étaient pris dans un tir croisé. Il y a une enquête malienne », indique Rahia Achouri.

Enfin, la plus grande inconnue reste l'identité des auteurs de cette attaque qui n'a toujours pas été revendiquée. Pour répondre à ces questions l'enquête des autorités maliennes se poursuit. La Minusma continue à coopérer avec elles dans ce cadre, comme elle l'a fait tout au long de l'attaque.

Notre coopération avec le Mali, elle s’est déclenchée immédiatement après le lancement de l’attaque. On les a aidés également en prenant en charge la sécurisation de l’aéroport, notamment pour permettre aux avions d’arriver et de décoller. Et nous avons mis à disposition une équipe médicale à l’aéroport.

Radhia Achouri

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.