Accéder au contenu principal
ONU / Libye / Mali

Libye: John Kerry réclame un gouvernement d'union sans délai

Le secrétaire d'Etat américain s'est exprimé devant l'Assemblée générale des Nations unies, le 2 octobre 2015.
Le secrétaire d'Etat américain s'est exprimé devant l'Assemblée générale des Nations unies, le 2 octobre 2015. REUTERS/Andrew Kelly
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Une réunion de haut niveau sur la Libye a eu lieu ce vendredi à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, en présence de nombreux ministres, de représentants de la Ligue arabe et de l'Union africaine. La Libye est déchirée depuis un an par un conflit qui oppose deux autorités rivales : un gouvernement reconnu par la communauté internationale, basé dans l'est du pays à Tobrouc, et une administration rivale soutenue par une coalition de milices établie à Tripoli.Tous les intervenants de cette réunion new-yorkaise ont appelé les responsables libyens à établir au plus vite un gouvernement d'union nationale.

Publicité

Le destin du Mali et de la Libye sont liés, a affirmé à New York le ministre malien des Affaires étrangères. Abdoulaye Diop a rappelé que c'est, en grande partie, du territoire libyen que sont venus les groupes armés qui ont déstabilisé le Nord Mali en 2012. Le chef de la diplomatie de Bamako estime que la crise libyenne impacte encore directement le processus de paix.

« Le Mali commence à se remettre sur pied, mais on commence à se rendre compte qu'il ne le sera vraiment que lorsque la crise libyenne aura trouvé une solution. Le temps n'est pas avec nous, il faut aller vite », a-t-il notamment déclaré.

Trouver très rapidement une solution à la crise en Libye c'est également ce que voudrait John Kerry. Le secrétaire d'Etat américain estime qu'en très peu de temps une solution au conflit libyen peut être envisagée, si les responsables libyens font preuve de volonté politique.

« Chaque partie doit assumer ses responsabilités en cet instant critique. Et cela signifie atteindre un accord au nom des nouveaux dirigeants, pas demain, pas la semaine prochaine, mais maintenant. Et cela peut se produire même pendant que les délégués libyens sont ici à New York. Nous espérons que le processus puisse être achevé en un très petit nombre de jours », a déclaré John Kerry. 

C'est Bernardino Leon, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye qui a conclu la séance :  « Les participants de cette réunion ont pointé du doigt l'urgence de former sans délai un gouvernement d'union nationale avant le 21 octobre 2015. Les participants demandent aux Libyens de soutenir l'accord politique pour ne pas compromettre le futur de la population, ce qui doit être l'unique considération. Les participants ont exprimé des craintes concernant la détérioration de l'ensemble de la situation en Libye et les menaces directes qui pèsent sur la stabilité du pays et son unité nationale. Des menaces qui pèsent également sur l'ensemble de la région et sur la sécurité internationale. Ils ont noté avec inquiétude que les menaces terroristes s'intensifient détruisant l'économie, que les institutions sont divisées sans oublier la crise migratoire. Ce sont les plus grands défis auxquels la Libye doit faire face. Ils ont conclu que seul un gouvernement d'union nationale pourra unir les Libyens et repousser ces multiples menaces. »

Cette réunion pour la Libye à New York s'est déroulée alors qu'un rapport des Nations unies annonce que c'est désormais près de la moitié de la population libyenne qui a besoin d'une assistance humanitaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.