Tchad

Le gouvernement tchadien en plein marasme financier

Une rue de Ndjamena, la capitale du Tchad.
Une rue de Ndjamena, la capitale du Tchad. Getty Images/Anthony Ham

Une baisse des revenus pétroliers, un faible taux de recouvrement des impôts, le Tchad fait face à la crise financière. Le gouvernement cherche à faire des économies pour se relever. Un séminaire gouvernemental était organisé mardi 6 octobre pour évoquer la crise afin de trouver les moyens d'en sortir.

Publicité

Avec un budget qui n’a pas été appliqué même à moitié alors qu’on est à deux mois de la fin de l’année, un trésor public qui peine à la fin de chaque mois pour payer ses fonctionnaires, le gouvernement tchadien est en difficulté depuis le début de l’année. Ce séminaire a pour objectif de valider des mesures d’économie.

En plus des coupes dans les budgets, les institutions de l’Etat devraient perdre la moitié de leurs indemnités. Mais ce ne sera pas le cas des fonctionnaires, assure Ngarlena Docdjengar, ministre des Finances : « Cette proposition ne concerne uniquement que les grandes institutions de l’Etat. Mais tout ce qui est fonctionnaire, personne ne touchera à leurs indemnités. Aucune indemnité ne sera supprimée. Mais là, nous avions fait la proposition au niveau des grandes institutions de l’Etat pour donner un exemple ».

L’Etat aussi réduire le nombre de circonscriptions administratives. Il y en a trop avec souvent des gens qui ne sont pas compétents, a lancé Djividi Boukar, un chef de parti de l’opposition convié à la réunion. Il est rejoint par le député Moussa Kadam, membre du parti au pouvoir qui rappelle qu’on n’arrivera à rien quelles que soient les mesures : « Il faut d’abord mettre fin à la corruption et au pillage en règle des ressources de l’Etat », a-t-il lancé à l’assistance.

Le séminaire s’achève aujourd’hui avec l’annonce des mesures attendues pour redresser les finances de l’Etat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail