Accéder au contenu principal
Guinée

Election en Guinée: les observateurs dressent un bilan positif

Le chef de la mission d'observation de l'Union africaine, Dileita Mohamed Dileita, fait le point après la présidentielle en Guinée du 11 octobre 2015.
Le chef de la mission d'observation de l'Union africaine, Dileita Mohamed Dileita, fait le point après la présidentielle en Guinée du 11 octobre 2015. RFI/Guillaume Thibault
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après l’élection présidentielle en Guinée, les critiques de l’opposition visent principalement la Commission électorale. Les sept candidats, opposés au président candidat Alpha Condé, ont crié à la fraude massive et demandent l'annulation des élections alors que les observateurs estiment que le vote s’est déroulé de manière positive.

Publicité

Le premier tour de la présidentielle s’est tenu ce dimanche en Guinée. Plusieurs missions d’observation étaient déployées sur le terrain. Le jour même, ces différentes missions ont toutes noté des dysfonctionnements dans le bureau de vote.

Les observateurs internationaux ont rendu leur rapport final ce mardi. Et Franck Engel, le chef de la mission d'observation de l'Union européenne, dresse un bilan plutôt positif du déroulement du vote : « Le scrutin du 11 octobre a été un scrutin exemplaire. Nous supposons à l’heure qu’il est que la participation dépasse plus ou moins largement 60 %. Sur le terrain, nous avons tous pu nous assurer de la sérénité de cette élection. »

Franck Engel relève tout de même les nombreuses difficultés observées dans les bureaux de vote : « Hélas, on les a fait beaucoup patienter, les Guinéens, parce qu’il s’est trouvé que la Commission électorale nationale indépendante, qui nous avait assuré qu’elle était parfaitement préparée au scrutin, avait doté les bureaux de vote de liste d’électeurs qui ne comportaient aucun ordre rationnellement appréhensible [sic]. C’était le désordre le plus total, c’était lamentable. »

Le chef de la mission de l'Union africaine, Dileita Mohammed Dileita, pointe lui aussi des dysfonctionnements. Il appel surtout à exercer les éventuels recours par les voies légales afin d’éviter tout débordement : « La mission d’observation électorale de l’Union africaine invite les Guinéens au sens du civisme et à la responsabilité de tous, pour sauvegarder le calme ayant prévalu depuis le scrutin. La mission voudrait toutefois faire des recommandations suivantes. Au gouvernement : instaurer un cadre de dialogue permanent avec tous les acteurs politiques et de la société civile afin de régler les différends du pays. A la Céni : mettre tout en œuvre pour régler les problèmes récurrents de la fiabilité du fichier électoral. Et enfin aux partis politiques : respecter le résultat des urnes et privilégier les recours aux moyens légaux en cas de contentieux ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.