Accéder au contenu principal
Cameroun / Nigeria / Boko Haram

Cameroun: affrontements contre Boko Haram à Kerawa dans le nord du pays

Un soldat camerounais patrouille à Fotokol, après des affrontements entre l'armée camerounaise et Boko Haram, le 17 février 2015.
Un soldat camerounais patrouille à Fotokol, après des affrontements entre l'armée camerounaise et Boko Haram, le 17 février 2015. AFP PHOTO / REINNIER KAZE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Cameroun, des combats sont en cours dans la localité de Kerawa à la frontière avec le Nigeria. Les combattants du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest, mieux connu sous le nom de Boko Haram, accentuent la pression dans cette zone proche du camp militaire de Kolofata depuis trois jours. L’armée a riposté avec de l’armement lourd.

Publicité

L’armée camerounaise a déployé l’artillerie lourde pour repousser cette nouvelle offensive des insurgés. Des éléments sont intervenus en renfort à partir des postes et des camps avancés de Kolofata, Amchidé et Mora. Le Bataillon d'intervention rapide, l'unité de soldats d'élite du Cameroun, est bien sûr en première ligne.

C’est le troisième jour d’affrontements dans cette localité de Kerawa. L’attaque menée jeudi à la mi-journée a fait huit morts parmi les villageois, a confirmé le ministère de la Défense, qui précise que les assaillants volent du bétail au cours de chacune de leurs incursions.

L’Extrême-Nord du Cameroun sous pression

Des incursions au cours desquelles ils dissimulent souvent des mines. Un véhicule militaire a ainsi explosé lors de son passage sur un IED avant-hier à Achigachia, légèrement plus au Sud, un capitaine a été tué. Des responsables militaires font par ailleurs état de trois salles de classe brûlées à Grea.

La pression s’accentue donc dans cette zone de la province de l’Extrême-Nord. Une tension que plusieurs sources camerounaises attribuent à un essoufflement dans l'offensive lancée, il y a plusieurs mois, par l’armée nigériane. Une bande de quinze kilomètres le long de la frontière serait ainsi infestée de combattants insurgés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.