Accéder au contenu principal
Italie / Libye

Rome accueille une conférence internationale sur la Libye

Le ministre italien des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue russe, le 11 décembre à Rome, en marge de la conférence «Med-2015» sur la Méditerranée.
Le ministre italien des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue russe, le 11 décembre à Rome, en marge de la conférence «Med-2015» sur la Méditerranée. REUTERS/Remo Casilli
Texte par : RFI Suivre
3 min

L'Italie et les Etats-Unis organisent dimanche à Rome une conférence internationale pour tenter d'accélérer la formation d'un gouvernement d'union en Libye. Cette conférence sur la Libye intervient au surlendemain de l’annonce par l’émissaire spécial de l’ONU, Michel Kobler, « d’un accord » pour la formation d'un gouvernement d’union nationale entre les deux Parlements rivaux : celui des groupes islamistes de Tripoli et celui de Tobrouk (reconnu par la communauté internationale). L’objectif fixé étant de le signer « le 16 décembre ». Diverses tentatives ayant échoué jusque-là, la prudence est un maître mot. Mais cette conférence pourrait donner une impulsion supplémentaire. La situation chaotique en Libye permet à l'organisation Etat islamique de se développer dans le pays. L'ONU évalue le nombre des combattants jihadistes locaux entre 2 000 et 3 000.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, n’a cessé de le répéter depuis ces dernières semaines : « Pour Rome, l’urgence c’est la Libye ! »

Ancienne colonie de l’Italie, ce pays représente à la fois une source importante d’énergie pour la péninsule et un danger qui ne doit pas être sous-évalué. Comme le confirme le président de la commission Défense du Sénat, Nicolas Latorre. « 400 kilomètres séparent les côtes libyennes des côtes italiennes. Donc, naturellement, nous sommes préoccupés par la montée en puissance de la présence de Daech en Libye. Cela pourrait entraîner, à nos portes, une situation extrêmement alarmante pour nos services de sécurité ».

Rome compte donc beaucoup sur la conférence internationale sur la Libye, organisée avec le soutien des États-Unis, pour que la diplomatie parvienne à être plus rapide, et plus forte, que l’expansion du groupe État Islamique en Libye.

Le chef de la diplomatie, Paolo Gentiloni se dit convaincu, pour sa part, qu’elle favorisera la formation très attendue d’un gouvernement d’union nationale (sous l’égide de l’ONU), essentiel pour contrer les menaces de Daech.

Parmi les personnalités qui seront accueillies par le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni : les chefs des diplomaties américaine et russe, John Kerry et Sergueï Lavrov, des représentants d’autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Chine, France, Royaume-Uni), ainsi que des représentants de l’Algérie, des Émirats arabes unis, du Maroc, du Niger, du Qatar, de la Turquie et du Tchad.


■ Un problème pour « tous les Etats concernés par le terrorisme »

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre français de la Défense chargé des Anciens combattants Jean-Marc Todeshini était en Tunisie ce jeudi, dans le cadre d'une réunion du dialogue du groupe de défense « 5+5 ». Il était question notamment de la Libye, où un nouveau processus de formation d'un gouvernement d'union nationale aurait été amorcé, après l'échec des négociations encadrées par l'ONU. La France avait de son coté annoncé en octobre le renforcement de sa coopération sécuritaire avec la Tunisie et avait annoncé y consacrer 20 millions d'euros dans les 2 ans, 4 millions ont déjà été engagés. Pour Jean-Marc Todeschini, la formation d'un gouvernement d'union nationale est urgente.

La Libye est une préoccupation non seulement de la France, mais de tous les Etats qui sont concernés par le terrorisme.

Jean-Marc Todeshini, secrétaire d'Etat auprès du ministre français de la Défense chargé des Anciens combattants

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.