Accéder au contenu principal
République centrafricaine

Référendum en RCA: un vote bien suivi en province malgré les difficultés

Un bureau de vote à Bangui, RCA, lors du référendum, le 13 décembre 2015.
Un bureau de vote à Bangui, RCA, lors du référendum, le 13 décembre 2015. MARCO LONGARI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 min

En Centrafrique, le référendum de ce dimanche a été entaché de violence à Bangui dans le quartier de PK5. Mais en dehors de la capitale, d'après le chef-adjoint de la mission de l’ONU, le scrutin s'est déroulé normalement dans 80% des bureaux de vote du pays. En province notamment, les Centrafricains se sont déplacés pour aller voter malgré des conditions difficiles dues à des problèmes logistiques et aux actions de certains groupes armés.

Publicité

Au centre, au sud et à l'ouest du pays,le vote s'est globalement déroulé dans le calme même si de nombreuses localités ont connu des retards à l'ouverture des bureaux, notamment à cause de problèmes d'acheminement de matériel. Certains électeurs ont aussi eu des difficultés à retrouver leurs noms sur les listes comme à Nzako, au Sud-Est, ou à Bozoum à l'Ouest.

En revanche, le scrutin a été perturbé dans le nord et l'est du pays : problème, là aussi, d'acheminement de matériel, mais également anxiété des habitants après les menaces proférées par des groupes armés opposés au référendum. Le FPRC, le groupe rebelle de l'ex-Seleka dirigé par Noureddine Adam avait en effet annoncé qu'il s'opposerait à la tenue du scrutin. Et ce fut le cas puisque dans ses bastions de Ndele, Birao et Kaga-Bandoro, on n'a quasiment pas voté : des hommes ont tiré en l'air pour dissuader les électeurs et brûlé le matériel de vote, tandis qu'à Bria, au Centre-Est, 4 agents électoraux ont été tabassés par des éléments acquis au FPRC.

Le scrutin a aussi été perturbé par des tirs et le saccage du matériel dans la ville de Bossangoa, fief de François Bozizé, à l'Ouest du pays. Des violences condamnées par le représentant des Nations unies à Bangui. « De tels agissements peuvent être traités comme des crimes de guerre », a souligné Parfait Onanga-Anyanga.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.