Accéder au contenu principal
Burundi

Burundi: le Conseil des droits de l'homme demande l'envoi d'experts

Le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, pendant la session consacrée à la situation au Burundi, le 17 décembre à Genève.
Le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, pendant la session consacrée à la situation au Burundi, le 17 décembre à Genève. REUTERS/Denis Balibouse
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU qui s'est tenu jeudi à Genève a adopté une résolution à l’unanimité sur le Burundi. Elle demande la reprise du dialogue et le déploiement d'une mission d'experts indépendants afin d’empêcher la détérioration de la situation après la flambée de violence de la semaine dernière. Elle intervient un peu plus d'un mois après le vote de la résolution 2248 du Conseil de sécurité qui ouvrait la voie au déploiement de casques bleus, et après l'appel de l'UE pour une relance du dialogue sous l'égide de l'Ouganda.

Publicité

L’avancée principale de la résolution du Conseil pour les droits de l’homme de l’ONU concerne l'envoi de nouveaux observateurs de l'ONU sur le terrain. Ils devront se rendre le plus vite possible au Burundi pour documenter les violations et les abus commis par tous les partis et identifier leurs auteurs afin qu'ils rendent des comptes devant la justice.

Le deuxième point important, c’est la reprise du dialogue interburundais sous médiation ougandaise. Une nécessité pour tous les Etats membres. Il devrait débuter d’ici deux semaines, a annoncé l'ambassadeur ougandais. « Le dialogue a été interrompu temporairement, tandis que des consultations informelles continuaient. L'Ouganda apprécie donc tout le soutien qui a été exprimé pour faciliter la reprise du dialogue. Une reprise qui est maintenant fixée à dans deux semaines à compter d'aujourd'hui, à Kampala », a-t-il assuré.

Urgence

Cette session extraordinaire était placée sous le signe de l'urgence. Le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a ouvert la session en lançant : « Le temps des réponses partielles et des petits bricolages est fini. La situation au Burundi demande une réponse ferme et décisive ». Le texte final condamne un usage abusif de la force de la part des autorités, les détentions arbitraires et la limitation de la liberté d'expression.

Il a été mal accueilli du côté burundais, comme en témoigne le discours de son ambassadrice. « En ce qui nous concerne, c’est une tactique délibérée de maintenir la pression sur le Burundi sous instigation de certaines personnalités étrangères qui entendent asseoir en toute illégalité leurs serviteurs au pouvoir à Bujumbura », a-t-elle déclaré.

Malgré ces réticences, la situation des droits de l'homme au Burundi fera l'objet d'une veille du Conseil au moins jusqu'en 2016.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.