Accéder au contenu principal
Erythrée

Erythrée: des jeunes conscrits abattus par l'armée dans la capitale

Vue aérienne d'Asmara, la capitale de l'Erythrée
Vue aérienne d'Asmara, la capitale de l'Erythrée REUTERS/Thomas Mukoya
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Trois jours après les faits, l’information commence seulement à être connue. En Erythrée, des soldats ont ouvert le feu dimanche 3 avril sur des jeunes recrues du service militaire qui tentaient de s'enfuir alors que leur convoi traversait la capitale. Selon la radio érythréenne en exil Radio Erena, le bilan est de plusieurs morts parmi les conscrits et la situation dans la capitale de ce pays très fermé reste tendue.

Publicité

C'est un drame inédit et d'une rare violence qui s'est déroulé dimanche dans les rues d'Asmara, la capitale de l'Erythrée. Au moins six personnes ont été abattues par des soldats, alors que des recrues du très redouté service national tentaient de s'échapper des camions qui les transportaient.

Selon nos confrères de Radio Erena, qui ont révélé l'information, tout s'est joué quand le convoi qui conduisait les jeunes recrues de leur caserne disciplinaire, dans l'ouest du pays, vers un chantier près du port d'Assab, a traversé Mai Temenai, un quartier fréquenté du centre-ville. Profitant d'un ralentissement autour du marché, plusieurs conscrits ont sauté des camions. Les soldats ont alors ouvert le feu.

Au moins quatre jeunes ont été abattus, un autre a été écrasé par un camion et un enfant qui allait chercher de l'eau a été tué par une balle perdue. Les habitants du quartier se sont alors révoltés pour aider les fugitifs, jetant des pierres sur les soldats.

Chaque nuit depuis dimanche soir, des descentes de police ont lieu dans les immeubles du quartier pour tenter de capturer ceux qui se cachent.

De leur côté, aucun des médias gouvernementaux, les seuls autorisés dans le pays, n'a évoqué cet épisode qui a plongé les habitants d'Asmara dans le deuil.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.