Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: tensions sur le campus universitaire Félix-Houphouët-Boigny

L'université Felix-Houphouët-Boigny d'Abidjan.
L'université Felix-Houphouët-Boigny d'Abidjan. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Depuis deux jours, les heurts entre étudiants et force de l’ordre perturbent la quiétude de la principale université de Côte d’Ivoire. En cause, le projet de se servir d’une partie des logements étudiants pour les jeux de la francophonie de 2017 et l’arrestation d’un leader syndical qui s’en est suivie.

Publicité

Manifestation d'étudiants, gazage de ceux-ci par la police qui intervient sur le campus, descente musclée dans les chambrées universitaires et, in fine, médiation d’une délégation de représentants du gouvernement...

C’est une fois de plus un bras de fer qui se joue à l’université Félix-Houphouët-Boigny. C'est sur ce site qu'une partie des étudiants a été priée de faire place nette pour la rénovation et l’accueil des athlètes des jeux de la Francophonie à la cité universitaire en 2017.

3 700 athlètes sont attendus pour l’occasion et le campus est l’un des rares endroits sur Abidjan à pouvoir offrir suffisamment d’espace et de logements.

Surenchère

Une décision qui n’est pas du goût des étudiants et de leurs syndicats qui ont manifesté hier contre cette idée et le projet de les reloger le temps des jeux ailleurs dans différentes cités de la ville, à Port Bouet, Mermoz ou Riviera.

De plus, l’arrestation d’un leader syndical de la Fesci a fini de mettre le feu aux poudres et dans la nuit de mercredi à jeudi les bureaux du directeur du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) ont été saccagés. Une mesure de rétorsion suite aux vols d’ordinateurs commis, selon un syndicat étudiant, par les forces de l’ordre la veille, tandis que ceux-ci poursuivaient les contestataires dans leurs chambres.

Un petit jeu de la surenchère qui n’est pas favorable à l’apaisement des esprits sur un campus en proie régulièrement à des grèves et manifestations liés à ses dysfonctionnements.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.