Accéder au contenu principal

Nigeria: une plateforme pétrolière dynamitée dans le delta du Niger

Une plateforme pétrolière au Nigeria.
Une plateforme pétrolière au Nigeria. Afren
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Des assaillants ont fait exploser une installation pétrolière offshore appartenant au groupe américain Chevron jeudi 5 mai au Nigeria. Cette attaque spectaculaire a été revendiquée par un groupe jusque-là inconnu et qui fait craindre une nouvelle flambée de violence dans cette région très riche en pétrole.

Publicité

L’attaque d’une installation offshore a d’abord été annoncée par le porte-parole de la marine nationale nigériane avant d’être revendiquée dans un communiqué par les Vengeurs du delta du Niger. Le groupe, inconnu jusque-là, affirme sur son site avoir endommagé jeudi soir une plateforme de la filiale du pétrolier américain Chevron ainsi que des pipelines appartenant à la compagnie nationale NNPC. Mais cette deuxième information n’a pu être confirmée par RFI.

Depuis le mois de janvier, date à laquelle les autorités ont ordonné l’arrestation de l’ancien chef rebelle Government Ekpemupolo alias « Tompolo », les attaques dans la région du delta du Niger sont en hausse. Tompolo, un des dirigeants les plus connus du MEND, le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger, est poursuivi pour vol, détournement et blanchiment d’argent à hauteur de centaines de millions de dollars. Plusieurs de ses biens ont déjà été saisis sans succès, alors que les autorités ont ravivé il y a un mois les tensions dans la région, en annonçant la fin en 2018 du programme d’amnistie. Ce programme, mis en place en 2009 sous la présidence de Goodluck Jonathan, avait permis à 3 000 rebelles de déposer les armes en échange d’une aide à la formation et à la reconversion.

La fin du système Goodluck Jonathan

Dirk Steffen est un spécialiste de sécurité maritime à Hambourg et travaille pour le cabinet Risk Intelligence. « Dans le delta du Niger, sous Goodluck Jonathan, on pouvait parler d’un véritable "système" qui était à la fois mafieux et militant, explique-t-il. Ce que l’ancien président a réussi à faire grâce à son programme d’amnistie, c’est ni plus ni moins "acheter" les militants du delta. Il les a, dans les faits, intégrés au "système". Le gouvernement a accordé aux anciens insurgés des contrats mirobolants pour assurer la sécurité sur la côte. Il a même toléré certaines de leurs activités illégales comme le racket, l’extorsion et la corruption. Tout cela dans l’espoir d’éviter une véritable flambée de l’insurrection. C’est ce système que le président Buhari a commencé à démanteler depuis son arrivée au pouvoir. Tous ces gens qui ont profité du système jusqu’à maintenant doivent trouver d’autres sources de revenus. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.