RDC

RDC: Moïse Katumbi à nouveau devant la justice sur fond de manifestations

L'opposant Moïse Katumbi, dans une foule de partisans, avant de se présenter devant le procureur, le 9 mai 2016, à Lubumbashi, dans le cadre d'une enquête sur une affaire de mercenaires américains.
L'opposant Moïse Katumbi, dans une foule de partisans, avant de se présenter devant le procureur, le 9 mai 2016, à Lubumbashi, dans le cadre d'une enquête sur une affaire de mercenaires américains. REUTERS/Kenny Katombe TPX IMAGES OF THE DAY

Après une première audition de presque sept heures ce lundi 9 mai, Moïse Katumbi a été de nouveau entendu mercredi par la justice à Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC). L'opposant et candidat fraîchement déclaré à la présidentielle est convoqué dans le cadre d'une enquête pour recrutement de mercenaires étrangers. Et il y avait beaucoup de monde ce matin devant le palais de justice pour le soutenir. Moïse Katumbi est sorti libre du palais de justice après une audition de six heures. 

Publicité

L'audience devait commencer à 10h (heure locale). Dès le début de la matinée, les supporters de Moïse Katumbi se sont rassemblés en masse devant le palais de justice, malgré un important dispositif de sécurité.

Dans un premier temps, les avocats de l'ex-gouverneur du Katanga ont demandé à leur client de ne pas se rendre sur place, en attendant « que les barrières de police soient levées et qu’il puisse accéder librement à l'enceinte ».

C'est finalement vers 11h20, vêtu d'un costume blanc rehaussé d'un drapeau aux couleurs de la RDC en guise d'écharpe, que Moïse Katumbi est arrivé au palais, au milieu d'une foule compacte qui scandait des slogans comme « procès équitable » et brandissait des pancartes clamant « je suis Moïse ».

Manifestation dispersée

Alors que l'ex-gouverneur du Katanga et son équipe de défense attendaient d'être reçus par le procureur, les forces de l'ordre ont commencé à disperser la foule en utilisant des gaz lacrymogènes, selon des témoins qui évoquent plusieurs arrestations.

L'audition de Moïse Katumbi, en présence de ses avocats, a finalement débuté vers 11h35. Devant le palais de justice, le calme est globalement revenu, selon des témoins qui précisent toutefois que des partisans de Moïse Katumbi restent aux alentours pour suivre l'évolution de la situation.

C'est dans ce contexte de tension que le numéro 2 de la Monusco David Gressly est arrivé ce matin à Lubumbashi, sans s'exprimer pour le moment sur le motif précis de sa visite.

Rappelons enfin que Moïse Katumbi a musclé son équipe de défense avec le célèbre avocat pénaliste français, Maître Éric Dupond-Moretti.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail