Accéder au contenu principal
Nigeria / Pétrole

Nigeria: grève timide contre la hausse du prix du carburant

Des dizaines de personnes font la queue à une station essence de Lagos avec leur jerrican, en mai 2015. Les pénuries de carburants pèsent lourdement sur l'économie du pays,
Des dizaines de personnes font la queue à une station essence de Lagos avec leur jerrican, en mai 2015. Les pénuries de carburants pèsent lourdement sur l'économie du pays, AFP PHOTO/PIUS UTOMI EKPEI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Nigeria, ce mercredi était annoncée une grève illimitée contre la hausse du prix de l'essence. Après deux jours de discussions avec le gouvernement et malgré l'interdiction, un syndicat a maintenu son appel à la grève. Le mouvement, timide, fait suite à l'annonce du gouvernement, mercredi dernier, de mettre un terme aux subventions de l'essence.

Publicité

Alors que le Nigeria est le premier producteur d'or noir du continent, il importe la majorité de sa consommation de carburant. Aujourd'hui un litre d'essence coûte 145 nairas, soit 64 centimes d'euros. Les syndicats réclament que le prix de l'essence à la pompe soit presque divisé par deux.

Il faut que la situation empire pour aller mieux. C'est en gros, le parti qu'a pris le gouvernement du Nigeria. Jusqu'à mercredi dernier, il subventionnait l'essence. C'est-à-dire qu'il maintenait un prix à la pompe assez bas et payait la différence aux importateurs. Mais ces derniers avaient la fâcheuse tendance à ne pas distribuer l'essence tant qu'ils n'avaient pas touché leurs subventions, entraînant ainsi des pénuries.

En dérégulant le secteur, le gouvernement nigérian espère donc deux choses : d'abord alléger ses dépenses alors que les cours du pétrole, principale source de revenus du pays, se sont effondrés, et avec eux la valeur de la monnaie locale. Ensuite, mettre un terme aux pénuries de carburants qui pèsent lourdement sur l'économie du pays, puisque les importateurs peuvent désormais s'approvisionner à leur guise.

→ A (RE)LIRE : Nigeria: les attaques armées mettent un coup à la production pétrolière

Mais encore faut-il qu'ils aient les liquidités suffisantes pour acheter du pétrole raffiné. La plupart peinent à trouver des devises étrangères sur le marché légal. Un dollar vaut aujourd'hui environ 199 nairas, sur le marché noir, cela peut aller jusqu'à 350.

En attendant, les consommateurs nigérians, eux, en font les frais. Une mesure d'autant plus douloureuse qu'elle intervient juste après la décision d'augmenter les tarifs de l'électricité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.