Accéder au contenu principal
Nigeria

Nigeria: nouvelle attaque contre un pipeline de pétrole dans le delta du Niger

Vue du delta du Niger le 22 mars 2013. Le delta du Niger est dévasté depuis des décennies par des pollutions liées à l'extraction de pétrole.
Vue du delta du Niger le 22 mars 2013. Le delta du Niger est dévasté depuis des décennies par des pollutions liées à l'extraction de pétrole. AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une nouvelle attaque, survenue dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 mai, a visé un pipeline d'une filiale nigériane du groupe Eni, le géant pétrolier italien. Cela s'est passé dans l'Etat du Bayelsa dans le delta du Niger. Pas de victime mais d'importants dégâts. Cette attaque est dans la lignée de celles perpétrées depuis plusieurs mois par les « vengeurs du delta du Niger ». L'un des auteurs présumés aurait été arrêté, selon les autorités nigérianes. Cet acte de destruction vient en réponse à la décision vendredi du président Muhammadu Buhari de renforcer la sécurité autour des installations pétrolières du sud du Nigeria.

Publicité

Avec ce nouveau front, le chef d'Etat nigérian fait face à une situation sensible en terme économique car le pétrole est la principale ressource du pays. Mais le réveil de cette insurrection dans le sud pourrait également constituer à terme une source de tension sur l'unité de la fédération du Nigeria.

Shell et Chevron déplacent leur personnel en dehors du delta du Niger, et de fait réduisent l'activité dans leurs terminaux respectifs. Eni et Exxon se déclarent être en situation de « force majeur », donc en incapacité de livrer de leur production de pétrole brut.

Les autoproclamés « vengeurs du delta du Niger » maintiennent une forte pression, en renouvelant « le conseil de quitter la région pour les groupes étrangers ». Ce week-end, le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger, le Mend, a pris une nouvelle fois ses distances avec ces nouveaux insurgés.

A (RE)LIRE → Au Nigeria, sabotages et avaries minent les exportations de pétrole

Dans un courriel rendu public, les anciens rebelles s'engagent eux à respecter le cessez-le-feu en cours depuis la loi d'amnistie de 2009. Et ce malgré la perte de juteux contrats de surveillance des pipelines accordés sous la présidence de Goodluck Jonathan.

En renforçant la sécurité autour des installations pétrolières du Sud, le président Muhammadu Buhari cherche à reprendre la main avant que la situation ne soit hors de contrôle. D'autant que sur leur site Internet, les vengeurs du delta du Niger se déclarent solidaires des militants pro-Biafra et indiquent vouloir faire cause commune. Au nom des vengeurs du delta, Mudoch Agbinibo, leur porte-parole, évoque une sécession à partir d'octobre prochain, avec le lancement d'une monnaie, un drapeau et un passeport.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.