Congo-Brazzaville

Congo: un proche du pasteur Ntumi interpellé à Brazzaville

Le pasteur Frédéric Bintsamou, dit «Ntumi», le 20 juin 2007 à Kinkala dans le sud du Congo.
Le pasteur Frédéric Bintsamou, dit «Ntumi», le 20 juin 2007 à Kinkala dans le sud du Congo. AFP

Au Congo-Brazzaville, Jean-Gustave Ntondo, le secrétaire général par intérim du Conseil national des républicains, le parti politique du pasteur Ntumi, a été interpellé dans la nuit de mardi à mercredi à Brazzaville. Il se trouve dans la capitale pour des discussions « discrètes » avec les autorités congolaises de la situation dans le Pool et du mandat d'arrêt qui court contre le pasteur Ntumi. Des discussions qui avancent très doucement. Jean-Gustave Ntondo ne comprend pas pourquoi il a été embarqué au milieu de la nuit. Il dénonce un « enlèvement inacceptable ».

Publicité

Il devait être vers trois heures du matin, des hommes armés, cagoulés sont arrivés et ont frappé. Ils se sont annoncés comme faisant partie de la police.

Jean-Gustave Ntondo

Pour le porte-parole de la police congolaise, le colonel Jules Monkala Tchoumou, il ne s'agit pas d'un enlèvement, mais d'une interpellation dans le cadre de l'exécution des mandats d'arrêt émis contre le pasteur Ntumi et son entourage.

Mais il y a eu méprise au moment de l'arrêter : toujours selon le porte-parole, les policiers ignoraient que Jean-Gustave Ntondo avait été désigné pour mener les discussions avec les autorités. « Les négociations sont encore secrètes alors je ne pense pas que tous les agents de la force publique soient informés. En tout cas l’essentiel c’est que lorsqu’on s’est rendu compte de la présence de monsieur Ntondo dans un cas tout à fait précis, il a été relaxé », explique à RFI le colonel Monkala Tchoumou.

Celui-ci n'a pas été en mesure de confirmer ou de commenter la méthode décrite par le représentant du pasteur Ntumi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail