Côte d'Ivoire

Procès Gbagbo: le réalisateur d'un film sur les Jeunes patriotes auditionné

Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale pour la première audience du procès dans lequel il est accusé de crimes contre l'humanité, en mars 2014.
Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale pour la première audience du procès dans lequel il est accusé de crimes contre l'humanité, en mars 2014. REUTERS/Michael Kooren

La troisième semaine du procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale à La Haye s’est achevée. Pendant trois jours, un neuvième témoin a été entendu : Nigel Walker. Ce réalisateur britannique était venu en Côte d'Ivoire pour assister à la préparation des élections en 2006. Il a réalisé un film intitulé « Le travail de l'ombre » consacré au mouvement des Jeunes patriotes et à leur leader de l'époque, Charles Blé Goudé.

Publicité

En questionnant Nigel Walker, la procureure de la CPI avait deux objectifs : premièrement, montrer que dès 2006, soit quasiment cinq ans avant le début du conflit, certains Jeunes patriotes avaient déjà envie d'en découdre avec le camp adverse, indique Ivoire Justice, une plateforme d'information indépendante qui suit les affaires touchant la Côte d'Ivoire à la CPI. Deuxièmement, la procureure souhaitait insister sur le rôle clé joué par Charles Blé Goudé dans la mobilisation, notamment en appelant aux armes.

→ A (RE)LIRE : CPI: ce que Gbagbo et Blé Goudé attendent de leur procès

A l'appui de cette démonstration, rapporte Ivoire Justice, des extraits du documentaire réalisé par le Britannique Nigel Walker ont été projetés dans la salle d'audience. Dans l'un, un jeune patriote confie : « On n'est plus à l'heure des discussions, on est à l'heure des armes. » Un autre : « On est prêt. »

→ A (RE)LIRE : Comment fonctionne le système de protection des témoins de la CPI?

Face à ces accusations, toujours selon Ivoire Justice, les avocats de l'ex-ministre de la Jeunesse reprochent au réalisateur du documentaire d'être de parti pris et d'avoir passé sous silence d'autres épisodes où Charles Blé Goudé appelle à la discussion et à la tolérance « Pourquoi ne faites-vous pas référence à cette séquence vidéo ? », interrogent alors les avocats. Réponse de Nigel Walker : « Cette séquence n'était pas représentative de ce que j'ai vécu ces jours-là. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail