RDC

Devant l'opposition congolaise réunie à Bruxelles, Tshisekedi prône l'unité

Le président de l'UDPS Etienne Tshisekedi, lors de son discours au conclave de l'opposition congolaise à Bruxelles, le 8 juin 2016.
Le président de l'UDPS Etienne Tshisekedi, lors de son discours au conclave de l'opposition congolaise à Bruxelles, le 8 juin 2016. THIERRY ROGE / Belga / AFP
Texte par : RFI Suivre
6 mn

La grande réunion de l’opposition congolaise a commencé mercredi soir, à l’hôtel du Lac dans la banlieue de Bruxelles. Etienne Tshisekedi, le président de l’UDPS, et opposant historique à Jospeh Kabila a officiellement lancé ce qu’il appelle la « conférence 2016 ». Il s'est exprimé devant environ 80 représentants de l'opposition, de la diaspora et de la société civile.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à BruxellesLaure Broulard

Pour son premier discours en public depuis longtemps, Etienne Tshisekedi s'est voulu rassembleur. Pendant dix minutes environ, Etienne Tshisekedi a parlé lentement mais clairement : « nous devons nous unir pour chasser celui que vous avez », a-t-il déclaré sous les applaudissements, dans une allusion à peine voilée au président Joseph Kabila.

Il a ensuite rappelé le but de ce conclave : se mettre d’accord sur de stratégies communes pour mettre un terme à la crise politique grave que connaît la RDC, mais aussi convenir d’aller au dialogue, sous la modération de l’Union africaine, assistée par des représentants de la communauté internationale. Il a conclu : « le 19 décembre, le président Joseph Kabila devra remettre le pouvoir ».

Nous irons au dialogue pour y trouver les solutions qui conviennent dans les circonstances actuelles.

Etienne Tshisekedi

Contrairement aux rumeurs qui circulaient sur sa santé, le président de l’UDPS se déplaçait aisément, il a même fait le tour de la salle pour saluer tous les invités. La salle a ensuite entonné l’hymne national congolais avant d’observer une minute de silence en hommage aux victimes de l’est de la RDC.

Ce mercredi soir, Etienne Tshisekedi a voulu donc montrer une image d’unité malgré les nombreuses dissensions qui étaient visibles parmi les participants. L'appel du président de l'UDPS à la participation au dialogue a notamment divisé l'assistance. La Dynamique de l'opposition n'a pas caché ses réticences. La formation est venue à ces premières rencontres divisée. Vital Kamerhe de l'UNC et Eve Bazaïba, du MLC, étaient absents.

Moïse Katumbi n'a pas non plus participé aux discussions, officiellement pour raisons de santé. Mais un début de consensus a été trouvé, en partie grâce à la présence de diplomates internationaux, qui ont joué les modérateurs. Tom Perriello, l'envoyé spécial des Etats-Unis pour les Grands Lacs a rencontré Etienne Tshisekedi seul à seul, en amont des discussions, mais il n'a pas participé au conclave.

Les discussions sur le fond vont commencer ce jeudi. Elles seront ouvertes, cette fois-ci, à l'ensemble des participants.

Nous allons essayer d’influencer, à cette réunion, les acteurs politiques (…) parce que nous sommes déçus, depuis plus de 50 ans dans notre pays, de constater que ceux qui prônaient les valeurs des droits de l’homme, la démocratie, une fois arrivés au pouvoir, ils font le contraire. Nous voulons obtenir un engagement ferme de la part de ces acteurs politiques.

Georges Kapiamba, président de l'Acaj et membre de la délégation de la société civile

A (RE)LIRE → Conclave de l'opposition congolaise à Bruxelles: les tractations préliminaires

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail