Accéder au contenu principal
Libye

Libye: des Etats appellent à l'union des forces pour lutter contre le jihadisme

Les forces loyalistes se positionnent sur une route vers Syrte, le 10 juin 2016.
Les forces loyalistes se positionnent sur une route vers Syrte, le 10 juin 2016. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Près de trois mois après l'arrivée du gouvernement d'union nationale libyen à Tripoli, le 30 mars, le pays reste divisé et possède toujours deux gouvernements. Pour sortir de la crise et ramener toutes les parties libyennes à reconnaître ce gouvernement issu de l'accord du Maroc et soutenu par la communauté internationale, plusieurs pays interviennent en médiateur en appelant à l'union des forces pour pouvoir mieux lutter contre le jihadisme.

Publicité

Face au chaos libyen, le Premier ministre Fayez el-Sarraj multiplie les appels à unifier l'armée libyenne, « seul moyen de vaincre le groupe Etat islamique en Libye », selon lui.

Alors que les combats contre les jihadistes font rage à Syrte comme à Benghazi, les forces fidèles au gouvernement de Tripoli combattent sans la participation des forces de l'Est. Appelées « l'armée libyenne » et dirigées par le général Khalifa Haftar, ces forces préfèrent combattre seules le groupe EI à Benghazi.

Haftar refuse de reconnaître la légitimité du gouvernement de Tripoli, tout comme le Parlement de Tobrouk. A la recherche de soutiens, Haftar était en Egypte puis en Russie où il a rencontré les plus hauts responsables de défense et des affaires étrangères. Il discutait de la fourniture d'armes.

La Libye se trouve depuis 2011 sous embargo, interdisant l'exportation d'armes. Mais les grandes puissances disent être favorables à une levée de cet embargo.

Les discussions de Haftar portent également sur les difficultés qui empêchent l'application de l'accord politique en Libye. Au même moment, le vice-Premier ministre libyen Ahmed Maitig sera lui aussi à Moscou.

La Russie est-elle en train de jouer le médiateur entre Haftar et le gouvernement ? Les efforts des Italiens dans ce sens n'ont abouti à rien pour le moment. Le sultanat d'Oman tente également une médiation dans le dossier libyen. Le chef du Parlement de Tobrouk est en visite officielle à Mascate où il a rencontré l'envoyé spécial de l'ONU en Libye Martin Kobler ainsi que les responsables omanais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.