Accéder au contenu principal
Libye

Libye: la Compagnie nationale pétrolière soutient le gouvernement d’union

Vue générale du terminal de pétrole et de gaz de Mellitah, dans la ville portuaire de Zouara, à l'ouest de la Libye, le 6 janvier 2015.
Vue générale du terminal de pétrole et de gaz de Mellitah, dans la ville portuaire de Zouara, à l'ouest de la Libye, le 6 janvier 2015. AFP PHOTO / MAHMUD TURKIA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, qui est reconnu par la communauté internationale, est arrivé en Libye depuis avril 2016. Il peine toujours à s'imposer face aux deux gouvernements rivaux présents dans le pays. Mais il a reçu un soutien de poids ce samedi : celui de la Compagnie nationale pétrolière qui gère 95 % des revenus du pays.

Publicité

Le gouvernement d'union nationale vient de remporter une victoire administrative d’importance samedi. Depuis août 2015, la Compagnie nationale pétrolière, qui gère les revenus de l’or noir, était divisée en deux entités. Chacune étant légitimée par un des deux gouvernements rivaux à l’Est et à l’Ouest. Un accord de réunification a finalement été trouvé ce week-end.

Et c’est sous le patronage de Fayez el-Sarraj, Premier ministre reconnu par la communauté internationale, que la Compagnie nationale pétrolière a décidé de se ranger. La Libye pourra de nouveau parler d’une seule voix dans les réunions des pays exportateurs de pétrole. Surtout, avec cet accord, le pétrole issu du terminal de Tobrouk est à nouveau légalement sur le marché, ce qui devrait améliorer la production, actuellement d’environ 350 000 barils par jour, loin encore des 1,5 million de barils en 2012.

Les deux principaux ports pétroliers sont aux mains d’un groupe armé qui reconnaît Fayez el-Sarraj, mais qui garde les sites fermés. Ces terminaux se situent non loin de Syrte où des combats violents se déroulent pour chasser le groupe Etat islamique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.