Ethiopie

Ethiopie : nouvelles violences autour du conflit territorial de Wolkait

La ville de Gonda, située au nord-ouest de l'Ethiopie.
La ville de Gonda, située au nord-ouest de l'Ethiopie. GOOGLE MAPS

En Ethiopie, depuis le début de la semaine, de violentes manifestations agitent la ville de Gondar, dans le nord du pays, autour d’un conflit territorial. Au moins dix personnes ont été tuées dans des affrontements entre la police et des membres de la communauté Ahmara. Le différend porte sur le district de Wolkait où vivent des Amhara et des Tigréens. Depuis des années, la localité est rattachée à la région du Tigré, ce que contestent certains membres de la communauté Ahmara.

Publicité

Tout commence par une tentative d’arrestations qui dégénère. La police éthiopienne tente d’arrêter six membres du « Comité Wolkait », une organisation qui se bat pour que la localité de Wolkait ne soit plus rattachée à la région du Tigré, comme c’est le cas actuellement, mais à celle de l’Amhara.

Le porte-parole du gouvernement, Getachew Reda, raconte la fusillade et suggère la piste érythréenne.

« La fusillade a éclaté quand les policiers ont tenté d’arrêter les six individus. Quatre ont été arrêtés, mais deux autres ont résisté avec des armes. Cinq policiers sont morts et cinq civils ont été tués par des balles perdues. Nous suspectons ces individus d’être liés à des groupes terroristes, financés, entraînés et parrainés par l’Erythrée. Nous pensons qu’il y a des connexions avec le régime d’Asmara », a déclaré le porte-parole du gouvernement éthiopien, Getachew Reda.

Les jours suivants, des gangs armés venus principalement des alentours de Gondar ont déclenché des émeutes dans la ville. Les habitants de Gondar ont alors travaillé étroitement avec la police pour les maîtriser.

La presse locale évoque entre dix et vingt morts lors de ces émeutes.

« Il y a eu des victimes », reconnaît le ministre, « mais Gondar a retrouvé son calme », a-t-il ajouté.

Les ambassades des Etats-Unis et d’Israël ont pris des mesures pour sécuriser leurs ressortissants.

Entre novembre et mars derniers, l'Ethiopie a été le théâtre de violentes manifestations anti-gouvernementales dans la région Oromo contre un projet d'appropriation de terres. Ces heurts ont fait plusieurs centaines de morts, selon des organisations de défense des droits de l'homme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail