Accéder au contenu principal
Soudan du Sud

John Kerry veut accélérer le déploiement des casques bleus au Soudan du Sud

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry en pleine discussion avec la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères du Kenya, Amina Mohamed, à Nairobi, le 22 août.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry en pleine discussion avec la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères du Kenya, Amina Mohamed, à Nairobi, le 22 août. THOMAS MUKOYA / POOL / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le secrétaire d'Etat américain est attendu ce mardi 23 août au Nigeria. Lundi, John Kerry était au Kenya pour parler de coopération bilatérale, mais surtout de la situation au Soudan du Sud. Il a plaidé pour l'envoi rapide de casques bleus supplémentaires dans le pays.

Publicité

Le secrétaire d'Etat américain souhaite aller vite. Après une rencontre avec ses homologues kényan, ougandais, soudanais, somalien et bien sûr sud-soudanais, John Kerry a expliqué que tous s'étaient mis d'accord sur le déploiement immédiat de 4 000 hommes supplémentaires au Soudan du Sud.

Depuis le vote de cette mesure par les Nations unies il y a dix jours, les autorités de Juba ont fait part de leur réticence, mais pour John Kerry, cela ne fait aucun doute : il faut aller de l'avant dans le déploiement de cette force régionale. « Et je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas d'une force d'intervention, mais d'une force de protection avec un mandat très clair. Elle est complémentaire des efforts du Soudan du Sud lui-même. Nous avons écarté plusieurs obstacles aujourd'hui lors de nos discussions », a prévenu le secrétaire d'Etat.

John Kerry est plutôt optimiste. Pourtant, les autorités sud-soudanaises ne semblent toujours pas convaincues. En visite à Khartoum, le vice-président a demandé de nouvelles discussions pour connaître exactement le mandat de cette force de protection. Taban Deng Gai a fait cette déclaration à l'occasion d'une visite à Khartoum. Son premier déplacement en tant que vice-président, depuis qu'il a remplacé l'ex-rebelle Riek Machar.

A l'issue des discussions sur le Soudan du Sud, John Kerry a également annoncé 138 millions de dollars d'aide humanitaire de la part des Etats-Unis. Essentiellement de la nourriture, mais aussi de l'eau, des médicaments et des traitements pour prévenir l'apparition du choléra.

 

La visite de Taban Deng Gai à Khartoum est particulièrement intéressante mais ambigüe. Il est un personnage bien connu de la politique du Sud-Soudan. Il a été au moment de la révolte contre John Garang en 1991-92, l'agent du lien de cette révolte avec le pouvoir de Khartoum. Et de voir aujourd'hui, alors que Riek Machar est presque semi-éliminé, de le voir retrouver son ancien rôle de «monsieur bons offices» entre Khartoum et Juba est assez intéressant. Cela montre que sa position politique est chère à Salva Kiir qui le brandit comme un drapeau «onuaire», et à Omar el-Bechir qui le voit comme quelqu'un de très compréhensif vis-à-vis de Khartoum.

Gérard Prunier, historien

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.