Accéder au contenu principal
RDC

La Monusco s'inquiète de la situation des Sud-Soudanais réfugiés en RDC

Une vue aérienne du parc naturel de la Garamba, en RDC, à la frontière du Soudan du Sud.
Une vue aérienne du parc naturel de la Garamba, en RDC, à la frontière du Soudan du Sud. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La mission onusienne en RDC, la Monusco, s'inquiète pour des ressortissants sud-soudanais qui ont trouvé refuge dans un parc national situé à la frontière entre les deux pays, le parc de la Garamba. Il s'agit en fait de civils et de combattants qui ont fui les combats au Soudan du Sud le mois dernier, et auxquels la Monusco a décidé de porter une assistance humanitaire.

Publicité

Plus de 600 Sud-Soudanais ont déjà été évacués du parc de la Garamba. Et 134 attendent toujours d'être secourus, selon la Monusco.

Il s'agit en fait de civils et de combattants fidèles à l'ex-vice-président du Soudan du Sud, Riek Machar. Au mois de juillet, des combats les avaient opposés aux troupes gouvernementales. Combats dont ils sont ressortis vaincus.

Charles Bambara, porte-parole de la Monusco. « Nous n’avons pas fait de décompte exact des parts de civils et de militaires. Beaucoup de ces personnes étaient dans un état sanitaire déplorable, dans une situation nutritionnelle déplorable. Et en accord avec le gouvernement de la RDC, nous avons essayé de porter assistance à ces personnes-là. Ils sont à l’heure actuelle en situation d’assistance ou de soin. »

Les Sud-Soudanais secourus par la Monusco ont été répartis sur plusieurs sites en RDC. La mission onusienne en appelle aujourd'hui aux autorités congolaises et aux institutions sous régionales pour trouver une solution pérenne à leur sujet.

Le mois dernier, l'ex-vice-président du Soudan du Sud avait lui-même été secouru par la Monusco, puis remis aux autorités de Kinshasa. Le Soudan du Sud avait alors dénoncé une « machination secrète » de la RDC. Depuis, Riek Machar a trouvé refuge à Karthoum, au Soudan.

A (RE)LIRE → Soudan du Sud: des dizaines de milliers de déplacés après les violences à Juba

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.