Accéder au contenu principal
RDC

RDC: dernière ligne droite pour le dialogue politique

Les délégués congolais arrivent pour entamer une journée de dialogue politique, en RDC, le 7 septembre 2016.
Les délégués congolais arrivent pour entamer une journée de dialogue politique, en RDC, le 7 septembre 2016. RFI/Sonia Rolley
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le dialogue national est censé s'achever ce samedi. C'est le souhait du facilitateur Edem Kodjo. Ce vendredi 16 septembre, le travail en commissions a pris du retard, ne permettant pas de clore les débats. Deux commissions, « sécurité » et « confiance et équité » ont terminé leurs travaux et leurs recommandations ont été adoptées en plénière comme par exemple veiller au caractère apolitique des services de sécurité ou faire un comité de suivi du dialogue national. Mais ça coince au niveau du calendrier.

Publicité

En rentrant dans la salle de conférence où s'est tenue la séance plénière, le facilitateur a promis que « la fumée est grise mais elle deviendra blanche ». Le chef de la délégation de l’opposition, Vital Kamerhe, a lui lancé avant d’entrer : « On veut un débat radiotélévisé et contradictoire sur la proposition de calendrier de la Céni, vous pouvez dire que c’est une ligne rouge ».

Alors que la plupart des délégués travaillaient en commission, un petit groupe a été invité par le facilitateur à écouter la proposition de calendrier de la Commission électorale. Etaient présents des délégués de la majorité comme de l'opposition, le représentant de la CENCO, les experts étrangers et bien sûr la facilitation.

Et à la sortie, visages fermées, du moins pour la moitié des participants, sourires radieux pour d'autres. On est bien loin des délais les plus proches possibles des délais constitutionnels souhaités par les envoyés spéciaux, qui ont d'ailleurs pour la plupart quitté le pays. Mais les discussions se poursuivent.

D’autres séances de travail sont prévues ce vendredi soir et ce samedi. « La Commission électorale élabore le calendrier mais on a harmonisé nos vues avec les experts étrangers », dit-on du côté de la Céni. « Les experts étrangers ont émis des avis mais c’est tout », rétorque un participant à la réunion.

La Céni et la majorité parlent de « contraintes techniques », la délégation de l’opposition de « délais politiques ». On semble très loin ce vendredi soir de pouvoir finir le dialogue comme prévu samedi après-midi. Surtout que l’accord politique n’a, lui, toujours pas été discuté.

Le problème de l'accord politique

Si l'opposition représentée au dialogue pourrait accepter le maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà de la fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel, elle dit vouloir des garanties de son départ et de l'application de l'accord. Remaniement de la Céni, gouvernement d'union national, cela semble acquis.

Mais pour le reste, primature à l'opposition et comité de suivi international des travaux de la commission électorale : la majorité refuse, parlant de respect de la Constitution et de souveraineté nationale

Pour rappel, les deux principales forces de l'opposition boycottent ce dialogue, accusant ses participants d'offrir un troisième mandat à Joseph Kabila, en violant la Constitution.

A (RE)LIRE → RDC: la Céni convoquera-t-elle des élections avant le 20 septembre?

Aujourd’hui, la communauté internationale devrait beaucoup plus soutenir la population, les jeunes qui réclament que leur Constitution soit respectée, que soutenir le camp qui veut, tout simplement, violer la Constitution et les lois du pays.

Dr Denis Mukwege

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.