Afrique du Sud

Afrique du Sud: violences après l'annonce d'une hausse des frais universitaires

Des affrontements ont opposé étudiants et forces de l'ordre à Johannesburg, le 20 septembre 2016.
Des affrontements ont opposé étudiants et forces de l'ordre à Johannesburg, le 20 septembre 2016. REUTERS/Siphiwe Sibeko

Des heurts ont éclaté dans plusieurs universités du pays, ce mardi 20 septembre, après l'annonce par le gouvernement d'une hausse des frais universitaires. En début de semaine, le ministre du l'Enseignement supérieur a donné son feu vert à une hausse. L'année dernière déjà, un mouvement national d'étudiants dénonçant des augmentations de frais de scolarité avait paralysé les universités. Le gouvernement avait dû céder après quelques jours d'affrontements.

Publicité

C'est à Wits, la principale université de Johannesburg, que les heurts ont été les plus violents. Une cinquantaine d'étudiants en colère ont affronté la police devant un des bâtiments, jetant des pierres sur les forces de l'ordre. La grogne a commencé lundi 19 septembre, après l'annonce du gouvernement autorisant une hausse des frais scolaires n'excédant pas 8% pour 2017.

« Nos universités rencontrent de graves difficultés financières », a justifié le ministre de l'Enseignement supérieur, Blade Nzimande, ajoutant que le gouvernement s'engageait à trouver les ressources nécessaires pour venir en aide aux élèves en difficultés. « Je suis très inquiet de ce qu'il se passe, a-t-il ajouté. Car même si j'estime que les étudiants ont le droit de manifester, il n'y a aucune raison de le faire. Car l'aide du gouvernement va profiter à 75% des étudiants en premier cycle. »

Mais l'annonce n'a pas calmé les étudiants qui depuis l'année dernière réclament la gratuité des études. Il s'agissait d'une des promesses de l'ANC en arrivant au pouvoir il y a 20 ans. Mardi 20 septembre, l'une des grandes universités du pays a annoncé qu'elle n'augmenterait pas ses frais scolaires. A l'université du Cap, dans le sud du pays, les cours ont même été suspendus pour éviter tout débordement.

A (re)lire → Afrique du Sud : la grogne étudiante monte à nouveau

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail