Accéder au contenu principal
RDC

RDC: l’ONU dénonce la violence des forces de l'ordre les 19 et 20 septembre

Des opposants lors de la manifestation à Kinshasa, le 19 septembre 2016.
Des opposants lors de la manifestation à Kinshasa, le 19 septembre 2016. AFP/EDUARDO SOTERAS
Texte par : RFI Suivre
4 mn

En RDC, le Haut-Commissaire aux droits de l'homme des Nations unies dénonce la violence avec laquelle les forces de l'ordre ont réprimé les manifestations les 19 et 20 septembre derniers. Dans un discours donné à Genève mardi 27 septembre, il s'inquiète de la violence de la répression mais aussi de la possibilité que les forces de l'ordre aient prémédité cette répression qui a fait au moins 53 morts selon l’ONU.

Publicité

Au moins 368 personnes arrêtées dans tout le pays, des jeunes payés pour perturber les manifestations mais aussi des membres des forces de sécurité qui se seraient rendus coupable de pillages : le document les Nations unies pointe la responsabilité des autorités de Kinshasa dans les dérapages de la semaine dernière.

Plus grave encore, contrairement au gouvernement congolais qui estime avoir été obligé d’intervenir face à des manifestants belliqueux, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme affirme que « les forces de sécurité ont eu un recours excessif à la violence et aux armes ». Pour preuve, selon l’ONU, le nombre de victimes trouvées avec des blessures par balles non pas au niveau des jambes ou des bras, mais dans la poitrine ou la tête ; un mode opératoire qui pourrait indiquer que l’ordre de « tirer pour tuer » ait été donné.

Enfin, l’arrestation musclée de journalistes et de photographes avant ces incidents et leur mise à l’écart pendant plusieurs heures pourrait là encore, selon l’ONU, prouver que la répression violente de la manifestation était prévue.

Comme l’ensemble de la communauté internationale, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU demande donc qu’une enquête indépendante, transparente et crédible soit ouverte sur ces heurts.

Selon l'ONU, au moins 53 personnes dont 4 policiers et 49 civils ont été tués au cours des affrontements à Kinshasa en début de semaine dernière, et 127 civils blessés par la garde républicaine, l'armée ou la police. Pour la police, les heurts ont fait au total 32 morts. Du côté de l'opposition, on parle de 50 à plus de 100 vies perdues.

La journée du 19 n'a pas été une marche pacifique...

Réaction d'Alexis Thambwe, ministre de la Justice de RDC

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.