Accéder au contenu principal
Sénégal

Sénégal: forum à Dakar pour apprendre à lutter contre le changement climatique

Utilisation des eaux usées de la station de l’Office National de l’Assainissement du Sénégal par les maraîchers de Niayes, banlieue de Dakar au Sénégal.
Utilisation des eaux usées de la station de l’Office National de l’Assainissement du Sénégal par les maraîchers de Niayes, banlieue de Dakar au Sénégal. RFI/Sayouba Traoré
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Sénégal, un jeune collectif de militants écologistes veut exposer des moyens concrets pour que chaque citoyen apprenne à lutter concrètement contre le changement climatique. Le mouvement Alternatiba-Sénégal a lancé ce week-end, à Dakar, le premier festival des alternatives aux changements climatiques. L'occasion pour le grand public sénégalais de découvrir de nombreuses initiatives « propres, durables et solidaires ».

Publicité

Il s’agit d’un événement militant pour parler d'énergie propre, d'éco-habitat ou encore d'économie solidaire. Le festival du collectif Alternatiba présente des alternatives concrètes comme celle proposée par Fatoumata Faye, venue avec son four d'un genre bien particulier.

« Le four fonctionne au biogaz. Pour le produire, il suffit d’un biodigesteur et quarante jours de fermentation. C’est cela qui nous permet d’alimenter le four », explique-t-elle.

Avec ce premier festival écolo, la branche sénégalaise d'Alternatiba, mouvement citoyen né en France, espère susciter de nouvelles mobilisations citoyennes pour l'environnement.

« Nous avons trouvé que c’était une très bonne idée de sortir un peu de nos cercles militants, d’aller voir les autres et justement de montrer les alternatives au grand public », dit Mariama Diallo, anthropologue et membre d'Alternatiba Sénégal.

Débats

Le festival comprend aussi des débats. Ousmane Sané, président de l'association environnementale Casamance horizons, a été invité pour parler de l'exploitation des gisements de zircon dans le sud du Sénégal.

« L’avancée de la mer, l’érosion côtière mais aussi ce phénomène d’exploitation minière sur les côtes de la Casamance peuvent jouer sur la vie des populations, en termes de développement durable. C’est bon que le monde le sache », a, pour sa part, déclaré Ousmane Sané.

D'autres rencontres devraient être organisées régulièrement à Dakar, toujours dans le but d'inciter les Sénégalais à s'intéresser aux questions environnementales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.