Accéder au contenu principal
Belgique / RDC

La Belgique raccourcit la durée des visas congolais

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.
Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Belgique s'inquiète de la situation en République démocratique du Congo. Violences entre manifestants et forces de l'ordre les 19 et 20 septembre, déclarations sur un report de l'élection présidentielle : le contexte est brûlant. Du coup, le ministère des Affaires étrangères a décidé de limiter dorénavant à six mois les visas pour les Congolais.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles,  Pierre Bénazet

La mesure a été annoncée par Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères. Et le ministère précise que cette mesure va s'appliquer à ceux qui avaient jusqu'ici un visa pour un an maximum, à savoir les porteurs de passeports diplomatiques, qu'ils soient membres du gouvernement ou diplomates.

Pour le ministre des Affaires étrangères, cette mesure est rendue nécessaire par la période d'incertitude que va ouvrir la prolongation de la présidence de Joseph Kabila au-delà de la date butoir du 19 décembre prochain.

« Je crois qu'il faut faire passer le message que nous ne savons pas quelle sera la situation l'année prochaine, qu'on ne peut pas considérer que les choses vont se poursuivre sans aucun changement. Non, on a une situation qui va changer puisque normalement des élections auraient dû avoir lieu cette année. Donc le message doit être très clair sur le sujet, tant vis-à-vis d'ailleurs de la majorité que de l'opposition. On sait que les fichiers électoraux peuvent être prêts pour l'été prochain, et que l'on peut totalement mettre en place les élections, pas seulement présidentielle, mais aussi parlementaires avant la fin de l'année 2017, sans aucune difficulté. »

La Belgique réclame une ouverture plus large du dialogue national congolais à certains opposants qui font figure de grands absents comme Etienne Tshisekedi ou Moïse Katumbi. Didier Reynders demande par ailleurs une enquête de l'ONU sur les violences lors des manifestations des 19 et 20 septembre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.