Accéder au contenu principal
Erythrée / Canada

Travail forcé dans une mine canadienne: il y aura un procès

Trois réfugiés érythréens ont porté plainte contre la société Nevsun Ressources, une compagnie minière détenue conjointement par une entreprise canadienne et l'Etat d'Erythrée.
Trois réfugiés érythréens ont porté plainte contre la société Nevsun Ressources, une compagnie minière détenue conjointement par une entreprise canadienne et l'Etat d'Erythrée. ERITREA-MINING/NEVSUN REUTERS/Thomas Mukoya/File Photo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Canada, trois réfugiés érythréens ont remporté jeudi 6 octobre une première victoire judiciaire. Ils avaient porté plainte contre la société Nevsun Resources, une compagnie minière détenue conjointement par une entreprise canadienne et l'Etat d'Erythrée. Ils affirment avoir été victimes de travail forcé et de mauvais traitements dans la mine, alors qu'ils étaient à l'époque enrôlés dans l'armée érythréenne. Après de longues audiences préliminaires, un juge canadien a décidé qu'un procès aurait bien lieu au Canada.

Publicité

C'est une longue bataille engagée par Gize, Kesete et Mihreteab, trois Erythréens réfugiés au Canada. Trois hommes qui, entre 2008 et 2012, ont travaillé à la construction de la mine de Bisha, dans leur pays natal, une mine d'or, de zinc et de cuivre qui procure au gouvernement érythréen des centaines de millions de dollars de revenus par an.

Or une fois enfuis d'Erythrée, les trois hommes ont porté plainte contre son propriétaire, la société Nevsun, une société détenue conjointement par une compagnie minière canadienne et l'Etat érythréen. D'après leur témoignage, à l'époque, ils étaient soldats, et à Bisha, ils étaient sous les ordres de leur commandement militaire. Ils auraient subi la faim, la brutalité des officiers, des conditions d'hygiène éprouvantes.

De son côté, la société Nevsun dément avoir fait appel à des conscrits et se défausse de toute responsabilité.

Malgré tout, la plainte des trois hommes a suivi son cours. Un juge de Vancouver a décidé jeudi 6 octobre qu'un procès aurait bien lieu, sur la base d'une procédure individuelle, et non collective comme le souhaitaient les plaignants. Et que c'est bien au Canada, et non en Erythrée comme le prétendait Nevsun, que ce procès devra se tenir.

La société Nevsun de son côté a salué le fait que la procédure collective, dite « class action », soit rejetée. Et qu'elle se réserve le droit de faire appel de cette décision.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.