Burkina Faso

Burkina Faso: les parlementaires épinglent la gestion des terres sous Compaoré

Vue générale de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou.
Vue générale de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou. REUTERS/Joe Penney/Files
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après trois mois d'enquête, les députés de la commission parlementaire sur le foncier publient un rapport sur les pratiques de gestion des terres sous le régime de Blaise Compaoré. Il révèle que des sociétés immobilières avaient occupé illégalement des terrains et les revendaient à prix d'or à des particuliers, sans reverser de taxes à l'Etat.

Publicité

Le rapport de la commission d'enquête parlementaire sur le foncier urbain ne fait aucune concession. Les députés dénoncent une gestion « scandaleuse » de la terre sous le régime de Blaise Compaoré. « Comment un maire peut-il posséder 500 parcelles », s'exclame un député.

Ainsi, des promoteurs immobiliers ont occupé « des sites appartenant à l'Etat de manière irrégulière ». C'est le cas de trois sociétés immobilières appartenant à Alizeta Ouedraogo, la belle mère du petit frère du président Compaoré. Au total, environ 10 000 parcelles ont ainsi été occupées illégalement dans le quartier chic de Ouaga 2 000 et revendues prix d'or à des particuliers.

Saisie de parcelles

L'opération a permis en outre à la commission d'enquête parlementaire de saisir plus de 100 000 parcelles d'une valeur totale de 100 milliards de francs CFA. Ces parcelles seront réattribuées aux populations par une commission technique, assure Salifou Diallo, le président de l'Assemblée nationale.

Le rapport sera transmis au procureur général pour des suites judiciaires à « cette spoliation irrégulière des terres », précise le président de l'Assemblée nationale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail