Afrique du Sud

Afrique du Sud: la publication du rapport sur la corruption visant Zuma reportée

Thuli Madonsela a quitté son poste de médiatrice de la République, ce vendredi 15 octobre.
Thuli Madonsela a quitté son poste de médiatrice de la République, ce vendredi 15 octobre. AFP PHOTO / STRINGER = SOUTH AFRICA OUT =

En Afrique du Sud, la médiatrice de la République, surnommée «Madame anticorruption», a achevé son mandat vendredi 14 octobre après sept années à ce poste. Pour son dernier jour, Thuli Madonsela devait présenter un rapport sur les liens controversés entre le président Jacob Zuma et une riche famille d'hommes d'affaires accusée de peser sur les choix du gouvernement. Mais la publication de ce document, potentiellement accablant pour le chef de l'Etat, a été reportée après 24 heures de bataille juridique.

Publicité

Le président Jacob Zuma bénéficie d’un répit. Le rapport sur ses liens avec les Gupta, une riche famille d'hommes d'affaires accusée de peser sur les choix du gouvernement, n'a pas été rendu public.

La médiatrice de la République, qui devait le présenter vendredi 14 octobre, a décidé d'en reporter la publication après que le chef de l'Etat ait saisi la justice. En effet, ce dernier affirme ne pas avoir eu suffisamment de temps pour prendre connaissance du dossier et se défendre. Mais pour de nombreux analystes politiques, ce recours d'urgence suggère avant tout que le chef de l'Etat veut enterrer ce rapport.

« Le président est soupçonné d'avoir permis à une tierce personne d'influencer ses décisions. Il est le président, il est censé être celui qui prend la décision finale, explique Mcebisi Ndletyana, professeur de sciences politiques à l'Université de Johannesburg. Dans cette affaire, les Gupta sont accusés de l'avoir influencé et même de lui avoir dicté quelle décision prendre. Cela veut donc dire qu'il a abandonné son autorité à quelqu'un qui n'est pas de l'exécutif. C'est une faute grave qui peut être poursuivie au pénal. »

La médiatrice de la République s'est toutefois assurée que son rapport ne serait pas enterré. Lors d'une conférence de presse, elle a indiqué que son rapport final serait conservé dans un coffre-fort jusqu'à ce que la justice examine le recours du président et tranche sur sa publication.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail