Tunisie / Algérie

La confirmation de la présence de drones américains en Tunisie agace Alger

Interrogé sur la coopération militaire avec les Etats-Unis, le président tunisien a reconnu mercredi 23 novembre la présence de drones américains à la frontière libyenne. Ras Jedir, à la frontière avec la Libye.
Interrogé sur la coopération militaire avec les Etats-Unis, le président tunisien a reconnu mercredi 23 novembre la présence de drones américains à la frontière libyenne. Ras Jedir, à la frontière avec la Libye. FATHI NASRI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La confirmation par le président Béji Caïd Essebsi de l’autorisation donnée à des drones américains de survoler le ciel tunisien ainsi que les frontières a suscité l'inquiétude de l'Algérie voisine, liée avec le pays par un accord de défense commun.

Publicité

Cette inquiétude ne date pas d'aujourd'hui. Mais elle s'est accentuée avec la confirmation de la présence américaine à Tunis. Depuis, la presse proche du gouvernement à Alger mène une forte offensive contre le président tunisien. La classe politique se sent trahie et la Tunisie est accusée d'avoir planté un couteau dans le dos des Algériens.

Les deux pays sont liés par un accord de coopération sécuritaire, mais Alger dit ne pas avoir été informée de cette présence américaine. Et bien qu’elle coopère avec les Etats-Unis dans la lutte antiterroriste, l'Algérie reste opposée à toute initiative américaine cherchant à s’implanter militairement en Afrique du Nord.

L’inquiétude a commencé au moment de la visite du président Essebsi en 2015 à Washington, quand Barack Obama a décidé d'accorder à la Tunisie le statut d'allié spécial non-membre de l’Otan. Peu de temps après, l’Algérie a annoncé son intention d’ériger un mur de 365 km à la frontière avec la Tunisie pour lutter contre le trafic d’armes et le terrorisme.

Louisa Hanoune, chef de la gauche algérienne, se fait la porte-parole de l'Algérie officielle en affirmant qu’« au nom de la guerre contre le terrorisme, la présence américaine à Tunis met en danger la sécurité nationale algérienne ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail