Accéder au contenu principal
RDC

RDC: la campagne «Bye bye Kabila» étouffée dès son premier jour

En RDC, la campagne «Bye bye Kabila» a été étouffée pour sa première journée de sensibilisation samedi 26 novembre (photo: Joseph Kabila, en 2015).
En RDC, la campagne «Bye bye Kabila» a été étouffée pour sa première journée de sensibilisation samedi 26 novembre (photo: Joseph Kabila, en 2015). © AFP PHOTO / CARL DE SOUZA
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La campagne « Bye bye Kabila » a été étouffée pour sa première journée de sensibilisation samedi 26 novembre. Comme elle l’avait dit, la police était déployée partout sur les lieux annoncés et dans tous les points chauds de la capitale. La veille, le gouverneur de la ville avait demandé à Filimbi et Lucha de surseoir à cette activité. Cette plateforme regroupe les mouvements citoyens mais aussi les ligues des jeunes du rassemblement de l’opposition et du MLC. Ils avaient décidé de la maintenir, mais finalement une vingtaine de personnes seulement a bravé l’interdiction et pour quelques minutes. Reportage.

Publicité

« Nous sommes déjà sur place, mais il y a eu un déploiement de la police. Donc, on ne sait pas comment on pourra commencer. » Des activistes sont stressés, aux aguets. Ils tournent autour des lieux prévus pour leur campagne de sensibilisation. Partout la police, à l’affût de tout rassemblement. Le mot d’ordre de la plateforme « Bye bye Kabila », c’est d’éviter toute confrontation

« Maintenant notre plan, explique l'un des manifestants, comme on a envahi le lieu où on devait se rendre, on va chercher notre allié. Ca ne va pas prendre de temps, en plus tous les militants sont là. Il suffit seulement de changer l’itinéraire et on va commencer. Tout le monde est déjà là. Si la police vient nous disperser, on va peut-être couper, mais sinon, on va sensibiliser, même jusqu’au soir. »

Finalement, une vingtaine de militants arrivent à tromper la vigilance de la police et distribuent pendant quelques minutes des tracts. « Kabila doit quitter, Kabila doit partir, il a déjà fait ses deux mandats, il doit savoir que la Constitution existe, il doit la respecter, en quittant le pouvoir le 19 décembre. »

Sur les tracts, l’article 64 dans son intégralité qui appelle à s’opposer à la prise du pouvoir par la force ou à l’exercer en violation des dispositions constitutionnelles. Pour les autorités, il s’agit là d’une activité subversive menée par « des jeunes voyous ». La question du maintien au pouvoir de Joseph Kabila serait tranchée depuis la signature de l’accord politique entre la majorité et une frange de l’opposition.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.