Tchad

Tchad: plusieurs habitations «illégales» détruites par les autorités à Nguéli

Sur le marché de Ndjamena.
Sur le marché de Ndjamena. ISSOUF SANOGO / EUROPEAN-COMMISSION / AFP

Au Tchad, les autorités ont démoli plusieurs dizaines d'habitations dans le quartier Nguéli à Ndjamena mardi 29 novembre où des affrontements ont provoqué la mort de cinq personnes la semaine passée. Le secteur, démoli il y a quelques années, serait habité illégalement selon les autorités.

Publicité

Les bulldozers sont entrés en action très tôt ce mardi matin au quartier Nguéli, dans le sud-ouest de la capitale tchadienne. Il y a quelques jours, une dispute de jeunes a éclaté sur un terrain de football de ce quartier et s’est terminée par une fusillade. Plusieurs personnes sont mortes et une dizaine ont été blessées. Des fouilles inopinées ont permis de retrouver des armes de guerre dans des habitations de fortune.

« Cette zone a été « déguerpie » et la population est venue s’installer elle-même. Nous sommes venus ce matin les déguerpir. C’est une simple coïncidence avec les problèmes qui sont survenus ces derniers jours », explique la maire de Ndjamena Mariam Djimet Ibet.

Occupation anarchique

Il y a trois ans, les habitants de ce quartier ont été déguerpis pour cause d’occupation anarchique. En vérité, les autorités ne voulaient pas que ces habitations ne servent de repères aux éléments de Boko Haram, qui avaient déjà investi le nord du Cameroun. Mais depuis, plusieurs habitants sont revenus investir les lieux à nouveau.

Selon les autorités, plusieurs autres parcelles du quartier Nguéli devraient être déguerpies cette semaine. De leurs côtés, les déguerpis profitent de la situation pour rappeler qu’ils attendent toujours les dédommagements promis par l’Etat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail