Accéder au contenu principal
Algérie

Migrants expulsés d’Algérie: l’explication des autorités sur l'opération

Les quartiers où vivent les migrants subsahariens à Alger ont été encerclés le week-end dernier par la police anti-émeute (photo d'illustration).
Les quartiers où vivent les migrants subsahariens à Alger ont été encerclés le week-end dernier par la police anti-émeute (photo d'illustration). FAYEZ NURELDINE / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'Algérie a arrêté durant le week-end du 3 décembre plus de 1 500 migrants subsahariens dans la capitale. Mercredi 7 décembre, les expulsions ont commencé. Des camions sont arrivés dans le nord du Niger. Les autorités algériennes, elles, ont donné une première explication sur l'opération.

Publicité

C'est par la voix de la présidente du Croissant-Rouge que les autorités ont donné une explication mercredi aux arrestations de la semaine dernière. Saida Benhabylès a donc déclaré dans les colonnes du journal officiel El Moudjahid que « vu la promiscuité qu'il y a dans la capitale », et que cette promiscuité « pose des problèmes d'ordre sécuritaire », les pouvoirs publics ont décidé de « transférer les migrants dans le Sud où les conditions d'accueil sont meilleures ».

La présidente du Croissant n'a pas mentionné les expulsions vers le Niger. Pourtant, dans la nuit de mardi à mercredi, les migrants qui étaient dans le camp de Tamanrasset ont été emmenés dans des camions en direction de la frontière. Puis le convoi a passé la frontière. Il a traversé le nord du Niger escorté par la police nigérienne, 50 camions sont arrivés à Agadez en fin d'après-midi le 7 décembre.

Mercredi à l'aube, le deuxième convoi de migrants parti d'Alger est arrivé à Tamanrasset. Il devrait prendre la route du Niger aujourd'hui. Selon plusieurs témoignages sur place, à Tamanrasset, les migrants vivraient dans des préfabriqués éloignés de la ville. Ils dorment sur des matelas et ne reçoivent quasiment aucune aide. A cela s'ajoutent des mauvais traitements.

On nous traite très mal. J'ai très peur.

Témoignage d'un migrant à Tamanrasset

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.