Accéder au contenu principal
Libye/Algérie

Le maréchal libyen Khalifa Haftar en visite officielle à Alger

Le maréchal libyen Khalifa Haftar effectue en Algérie une rare visite officielle.
Le maréchal libyen Khalifa Haftar effectue en Algérie une rare visite officielle. REUTERS/Esam Omran Al-Fetori
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C'est une visite rare mais officielle que le maréchal libyen Khalifa Haftar effectue depuis dimanche 16 décembre en Algérie, pays qui avait une position très réservée sur cet homme qui s'est imposé comme l'homme fort en Libye. L'échec de l'accord d'entente nationale signé au Maroc il y a un an, ainsi que les derniers développements après sa domination des champs pétroliers, puis les menaces du maréchal de prendre Tripoli, ont poussé Alger à réviser sa position concernant Haftar.

Publicité

Dans l'équation libyenne, le maréchal Haftar demeure le chiffre complexe. Alger a mis du temps à le reconnaître et elle le fait, ce qui rend cette première visite du maréchal en Algérie voisine importante à plus d'un niveau. Elle vient à un moment crucial du processus politique libyen et coïncide avec des positions libyennes et onusiennes favorables au maréchal.

En effet, l'accord politique inter-libyen signé le 17 décembre 2015 au Maroc est un échec pour la majorité des Libyens. Du coup l’ONU qui l’a initié cherche une porte de sortie. Martin Kobler, l’envoyé spécial pour la Libye, est bien obligé de réviser la copie de l'accord. Il accepte aujourd'hui ce qu'il a refusé hier. Il accepte de donner sa juste place au maréchal.

De son côté, le Premier ministre Fayez el-Sarraj a salué lui aussi, samedi 17 décembre, les efforts de Haftar dans le combat contre le terrorisme en Libye. Il s’est dit prêt à travailler avec lui.

Quant à l'Algérie, sa position a commencé à changer depuis la prise des champs pétroliers par Haftar en septembre, changement qui s’est confirmé par cette visite qui vient quelques jours après la menace de Haftar de vouloir prendre tripoli. L’Algérie, qui voit l’accord politique comme seule solution pour la crise libyenne, doit elle aussi composer avec le maréchal.

Pour toutes ces parties, il paraît clair maintenant que ce qui ne sera pas accordé à Haftar par le dialogue sera pris par la force. Ce maréchal soutenu par la Russie, l'Egypte et le Tchad est devenu incontournable et presque imbattable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.