Ethiopie

Ethiopie: libération de près de 10000 personnes arrêtées pendant la contestation

Manifestation de la minorité Oromo en Ethiopie, le 2 octobre 2016. Addis Abeba est accusé d'avoir durement réprimé la contestation.
Manifestation de la minorité Oromo en Ethiopie, le 2 octobre 2016. Addis Abeba est accusé d'avoir durement réprimé la contestation. REUTERS/Tiksa Negeri
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un signe d’apaisement en Ethiopie ? Après avoir levé certaines mesures de l’état d’urgence en vigueur depuis deux mois dans le pays, le gouvernement a annoncé mercredi 21 décembre la libération de près de 10 000 prisonniers arrêtés lors des manifestations contre le pouvoir en place. Parmi eux, un célèbre blogueur.

Publicité

Befeqadu Hailu est un jeune blogueur de « Zone 9 », un collectif qui chronique la répression politique, la corruption et l'injustice sociale en Ethiopie. Arrêté le mois dernier à Addis Abeba, il vient d’être libéré avec près de 10 000 autres personnes qui auraient pris part à la contestation antigouvernementale.

Le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, s’est adressé à eux dans ces termes : « Vous avez le droit de manifester, mais pas d’utiliser la violence, sinon vous en assumerez les conséquences ». Les détenus recevront donc une « formation spéciale » avant de retrouver la liberté.

Human Rights Watch salue ces libérations, mais souligne que cela représente moins de la moitié des personnes arrêtées depuis que l’état d’urgence est entré en vigueur le 9 octobre dernier.

Contestation et répression

Depuis plus d’un an, le pouvoir de la minorité tigréenne fait face à une vague de contestation sans précédent depuis 25 ans. Les deux principales ethnies du pays, les Oromos et les Amharas, revendiquent notamment l’ouverture politique et l’accès à la terre.

Ils se sont heurtés à une répression brutale qui a suscité l’indignation des chancelleries occidentales et des ONG. Ces dernières parlent de centaines de morts, de cas de torture et dénoncent l’arrestation des principaux leaders de l’opposition.

A (RE)ECOUTER → Ethiopie: pourquoi la colère des Oromos ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail