Accéder au contenu principal
Union africaine

Union africaine: pour son dernier discours, Dlamini-Zuma appelle à l'union

Nkosazana Dlamini-Zuma. Ici, la présidente de la Commission de l'Union africaine, le 19 décembre 2016.
Nkosazana Dlamini-Zuma. Ici, la présidente de la Commission de l'Union africaine, le 19 décembre 2016. RAJESH JANTILAL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Avant le sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, en ce moment c’est le Conseil des ministres des Affaires étrangères du continent. Le sommet de l’UA aura lieu lundi et mardi 30 et 31 janvier et devrait voir le retour du Maroc au sein de l'organisation. Ce sera également le dernier sommet pour la présidente de la Commission de l’Union africaine. La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma a donné son dernier discours ce matin devant les délégués du Conseil Exécutif. Elle a tenu à leur lancer un avertissement.

Publicité

Ici à Addis-Abeba, la question du Maroc divise. Sur le principe, tous les Etats sont d’accord pour que le Maroc revienne dans l’Union africaine. Mais la moitié de ces Etats souhaitent que ce retour coïncide avec la suspension de la République arabe sahraouie démocratique, la RASD, alors que l’autre moitié ne veut pas en entendre parler. Il y a donc un risque de fracture au sein de l’Union africaine.

Et ce matin, dans son dernier discours devant le Conseil Exécutif, son discours d’adieu, la présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a pris un ton presque alarmiste pour évoquer cette question. Sans jamais prononcer le mot « Maroc » ou le mot « RASD », elle a lancé : « Au moment où la planète vit des changements politiques tumultueux, nous les Africains, nous devons revitaliser et renforcer l’esprit du panafricanisme et de l’unité. Nous ne devons pas permettre que nous soyons divisés ».

Chacun sait que madame Nkosazana Dlamini-Zuma brigue la présidence de l’Afrique du Sud en 2019 et que c’était à l’époque où elle était ministre des Affaires étrangères en 2004 que son pays a reconnu officiellement la RASD. Il ne fait donc aucun doute que, dans les jours qui viennent, elle se battra pour que la RASD ne soit pas suspendue de l’Union africaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.