Accéder au contenu principal
Guinée

Guinée: heurts entre police et manifestants dans la banlieue de Conakry

A Conakry, sur l'axe du prince, à Hamdalaye, des jeunes affrontent les forces de l'ordre, le 20 février 2017, en Guinée.
A Conakry, sur l'axe du prince, à Hamdalaye, des jeunes affrontent les forces de l'ordre, le 20 février 2017, en Guinée. RFI/Coralie Pierret
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des fumées noires visibles dans la banlieue de Conakry. Depuis ce lundi matin, en Guinée, des affrontements opposent des jeunes aux forces de l'ordre. Des barricades ont été érigées, des véhicules brûlés. Les manifestants réclament la reprise des cours alors que les enseignants sont en grève depuis deux semaines. Les écoles sont fermées, mais un accord a été trouvé dimanche soir entre les syndicats et le gouvernement.

Publicité

Dans la capitale, aucun élève n’est allé en classe ce lundi. Quasi tous les alentours des écoles et des lycées sont restés déserts en centre-ville. Les voitures circulaient également peu sur l’autoroute, habituellement très encombrée.

En banlieue en revanche, des manifestations ont éclaté dans plusieurs quartiers. Une grande fumée noire flotte toujours au-dessus de Kipé, de Kassa, de Simbaya. Près de l’aéroport, toutes les rues sont bouclées. Les avions retardés. Sur l’axe du prince, des jeunes ont érigé des barricades, brûlé des pneus. A Hamdalaye, des affrontements avec les forces de l’ordre et plusieurs interpellations ont été constatées.

Il faut rappeler que plusieurs mouvements réclamant la reprise des cours avaient été annoncés pour ce lundi. Pourtant un accord a été conclu dimanche tard dans la soirée. Pour l’heure, les représentants syndicaux sont attendus par leurs militants à la Bourse du travail. Ils devraient s’y présenter pour donner les détails de l’accord. La cérémonie de signature avec le gouvernement, prévue à midi heure locale, a été reportée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.