Accéder au contenu principal
Centrafrique

La Minusca dans le centre de la RCA après des violences meurtrières

La Minusca à Bambari, le 1er mars 2017.
La Minusca à Bambari, le 1er mars 2017. Minusca
Texte par : RFI Suivre
4 mn

On l'a appris avec du retard, mais de nouvelles violences ont secoué en début de semaine le secteur de Bambari et la ville de Bakouma, dans le centre de la Centrafrique. Quarante civils auraient été tués selon des sources humanitaires, une cinquantaine, selon l'AFP, mardi rien que dans trois villages proches de Bambari. La Mission de l'ONU en Centrafrique a annoncé samedi 25 mars qu'elle était déjà sur place dans les deux secteurs et tente de vérifier ces allégations.

Publicité

Les Casques bleus de la Mission de l'ONU en Centrafrique sont sur place pour vérfier les témoignages faisant état de violences meurtrières. Selon la Minusca, ces violences seraient le fait du mouvement pour l'Unité et la paix en Centrafrique, l'UPC, et la coalition dirigée par le FPRC, qui comprend les anti-balaka, qui s'en prennent aux populations.

« Concernant les incidents qui ont eu lieu dans les localités d’Agoudou-Manga, Yacine et Waza Waza, qui sont situées près de Bambari, la Minusca s’attèle à vérifier sur le terrain la réalité des violences et à cet effet elle mène des patrouilles dans la zone, explique le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro. Concernant Bakouma, là aussi nous sommes déjà dans la ville, nous allons procéder au contrôle de cette ville. Dans les deux cas, il faut le rappeler, ce sont des affrontements entre l’UPC et la coalition du FPRC, dont font partie les anti-balaka, ce sont ces groupes armés qui commettent des exactions sur les populations. Et nous sommes détérminés dans le cadre de notre mandat à protéger ces populations à travers ces patrouilles que nous menons. »

Un peu plus loin dans l'est du pays, dans la ville de Bria règne un calme très tendu, selon la Minusca. Vendredi, une attaque des anti-balaka a visé le quartier peul et musulman de la ville, faisant au moins trois morts et des blessés, selon des sources humanitaires. La Minusca, qui est intervenue dans la foulée, annonce avoir tué un assaillant, en avoir blessé deux autres et avoir arrêté une dizaine de miliciens. La situation est désormais « sous contrôle », selon son porte-parole.

Vous comprendrez qu'après les violences de [vendredi], il règne encore une certaine tension, mais la situation est sous contrôle dans la localité de Gobolo à Bria. Lors de ces opérations nous avons neutralisé un des assaillants, fait deux blessés dans leur camp et procédé à des détentions. Ces personnes interpelées seront remises aux autorités judiciaires. Nous avons également récupéré des armes à feu.

Vladimir Monteiro

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.