Accéder au contenu principal
Tunisie

Vérité et dignité: la Tunisie se retourne aussi vers sa lutte pour l'indépendance

Statue équestre de Bourguiba, premier président de la République tunisienne indépendante. L'Instance Vérité et Dignité enquête sur les crimes commis sous les régimes de Bourguiba et de son successeur Ben Ali.
Statue équestre de Bourguiba, premier président de la République tunisienne indépendante. L'Instance Vérité et Dignité enquête sur les crimes commis sous les régimes de Bourguiba et de son successeur Ben Ali. rais67/wikimedia.org
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Tunisie, les témoignages d'anciens opposants politiques se poursuivent. Après les victimes du régime du président Ben Ali, ou encore les témoignages de manifestants de la révolution de 2011, place cette fois-ci à une période plus ancienne. Celle de l'indépendance du pays, et de l'arrivée au pouvoir de Bourguiba. Le premier président de la Tunisie s'oppose alors à ses anciens camarades de la lutte pour l'indépendance.

Publicité

En Tunisie, la décolonisation ne s'est pas achevée à l'indépendance le 20 mars 1956. Les combats ont continué ensuite entre les forces françaises et les opposants à Bourguiba, partisans de Salah Ben Youssef. Celui-ci, un des chefs de file du mouvement national tunisien, fut d'abord proche puis un farouche opposant de Habib Bourguiba. Il sera assassiné en exil en 1961.

Hamadi Gharsa est l'un de ces partisans et combattant de l'indépendance. « Le 20 mars, on s'est dit : ça y est, notre tâche est terminée, explique-t-il. Mais, étrangement, des avions français survolent alors le pays, poursuit le vieil homme. La France nous bombardait ».

Comme d'autres soutiens de Salah Ben Youssef, Hamadi Gharsa sera arrêté pour son combat, après l'indépendance, et jugé par un tribunal d'exception.

Amor ben Essid a lui aussi combattu pour l'émancipation complète de son pays, aux côtés de Ben Youssef. Aujourd'hui, il aimerait que son engagement soit reconnu par la Tunisie. « Je voudrais seulement qu'on ne me traite plus de traître, demande-t-il. Je voudrais qu'on reconnaisse que je suis l'un de ceux qui ont libéré le pays. »

Plus d'un demi-siècle après la mort de son mari, la veuve d'un autre opposant disait elle aussi, à la télévision, son souhait le plus cher : pouvoir retrouver le corps de son époux, et l'enterrer dans sa ville natale.

Depuis novembre 2016 se tiennent en Tunisie des auditions publiques organisées par l'IVD, l'Instance vérité et dignité, en charge de la justice transitionnelle. Cette instance enquête sur les crimes commis dans le pays entre le 1er juillet 1955 et le 31 décembre 2013.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.