RDC

RDC: la grogne monte contre les prix qui augmentent sans cesse

Des liasses de billets de francs congolais sur le sac d'une femme, à Kinshasa, en juillet 2016.
Des liasses de billets de francs congolais sur le sac d'une femme, à Kinshasa, en juillet 2016. Sonia Rolley/RFI

En République démocratique du Congo (RDC), c'est la valse des prix sur le marché de Kinshasa. C’est l’une des conséquences de la chute vertigineuse de la valeur du franc congolais. Il y a encore quelques mois, un dollar américain valait à peine 1 000 francs, aujourd'hui il en vaut 1 500 et les prix du quotidien s'en font très concrètement ressentir.

Publicité

La ménagère a vu son panier diminuer de volume. Il faut parler désormais du « sachet de la ménagère », s'indigne une femme rencontrée au grand marché de Kinshasa.

« Il y a beaucoup de magasins où ils n’affichent même plus les prix. Il faut demander. Le matin, tu viens, il y a un prix et quand on repasse, le prix a changé. Les prix changent à tout moment. Il y a tout le temps augmentation », constate cette femme.

Emmanuel Ciguge est hôtelier. Il dit ne pas savoir comment s’en sortir.

« On ne sait pas comment réagir et suivre le rythme. Le rythme est très compliqué et cela ne nous permet pas, nous les opérateurs, de suivre. Les charges sont souvent en dollars et les recettes en francs congolais », explique-t-il.

Un employé du secteur privé, lui aussi témoigne.

« Personnellement, je suis touché sur le plan de mes primes. Au niveau du salaire, heureusement qu’il a été négocié en dollars mais pour ce qui des primes, on avait 200 000 francs qui représentaient 150 dollars. Aujourd’hui, ils ne représentent plus que 120 ou 130 dollars », dénonce-t-il.

Ce même employé plaide pour sa mère, fonctionnaire.

« Je prends l’exemple de ma mère. Elle est fonctionnaire et elle gagne 500 000 francs. Ces 500 000 francs qui représentaient à peu près 500 dollars, aujourd’hui ils ne représentent que 350 et quelque dollars », a-t-il ajouté.

Les syndicats sont sur le pied de guerre et n’attendent plus que la mise en place du gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail