Accéder au contenu principal
Somalie

Somalie: le ministre des Travaux publics tué par balle à Mogadiscio

Abbas Abdullahi Sheikh Siraji à son bureau le 4 avril 2017 à Mogadiscio.
Abbas Abdullahi Sheikh Siraji à son bureau le 4 avril 2017 à Mogadiscio. Wikimedia Commons
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Somalie, une tragique bavure a coûté la vie au plus jeune ministre du nouveau gouvernement. Ce mercredi soir, la voiture qui transportait Abbas Siraji, ministre des Travaux publics et de la reconstruction, a été prise pour cible par erreur par les forces de sécurité gouvernementales aux abords du palais présidentiel, à Mogadiscio. Des soldats auraient jugé hostile le comportement de son véhicule.

Publicité

L'incident a eu lieu mercredi soir dans une rue donnant accès à la Villa Somalia, le palais présidentiel à Mogadiscio. Une voiture blindée transportant Abbas Siraji et un autre ministre s'approchait d'un checkpoint. Les gardes du corps du procureur général, dont le convoi était arrêté, ont cru à une attaque des djihadistes shebabs, qui frappent presque quotidiennement à Mogadiscio depuis quelques mois. Ils ont ouvert aussitôt le feu. Les hommes de la sécurité du ministre ont riposté et le jeune d'Abbas Abdullahi Sheikh Siraji est mort dans l'échange de tirs.

Dans le monde somali, l'onde de choc a été puissante. Il faut dire que le tout nouveau ministre des Travaux publics et de la Reconstruction, âgé de 31 ans seulement, était une figure positive pour beaucoup de Somaliens. Ce jeune homme mince et toujours élégant avait grandi depuis l'âge de 7 ans dans l'immense camp de réfugiés de Dabaab, au Kenya, avant de rentrer au pays et de se faire élire député en novembre dernier, en battant un poids lourd de la très complexe politique clanique somalienne.

Le mois dernier, il avait été l'un des invités du premier « Ted Talk » de Mogadiscio, pour lequel il était revenu sur son parcours de petit prodige d'un pays qui tente, difficilement, de s'arracher à l'empire de la violence. Dans un communiqué, le gouvernement s’est déclaré « profondément attristé » par la mort du plus jeune ministre de son gouvernement, en poste depuis le 4 avril 2017. Le président, qui était en visite officielle en Ethiopie, a écourté son déplacement pour assister aux funérailles de son ministre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.